Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 183 Janvier - Mars 2013

 




Dossier

Trouver l’âme-sœur et la volonté de Dieu :

mission impossible ?

Jean-Sébastien Morin

Jean-Sébastien Morin Jean-Sébastien Morin est pasteur d’une des plus anciennes églises baptistes françaises du Canada, ainsi que professeur à l’École de Théologie Évangélique de Montréal et à l’Institut de Théologie pour la Francophonie. Il est l’auteur de plusieurs livres dont « Une fille, un gars, un Dieu… » et « Mariés et heureux, est-ce possible ? ». Il est marié depuis 8 ans et père de deux enfants. On peut le contacter sur le site jeanseb@ministerevivre.com

S’il y a quelque chose qui tracasse le jeune chrétien, c’est de discerner la volonté de Dieu : avec qui devrais-je me marier ? Comment savoir quelle est la bonne personne ? Ce questionnement se corse encore quand nous nous rappelons que Dieu a une « volonté parfaite » pour notre vie. Dieu n’a-t-il prévu qu’une seule personne avec qui je puisse me marier ? En d’autres mots : y a-t-il une seule personne sur la terre que je puisse épouser pour que le mariage fonctionne et que ce soit la volonté de Dieu ?

Bien que je ne sois pas en faveur de la polygamie, je crois qu’il est possible de se marier avec plus d’une personne (pas en même temps, bien sûr !). Disons premièrement que la volonté de Dieu dans le mariage n’est pas tellement de trouver la bonne personne, mais d’être la bonne personne. En effet, nous passons beaucoup de temps à essayer de trouver notre partenaire, mais qu’en est-il de nous ? Aspirons-nous à être un conjoint exemplaire ?

Nous nous appliquons longuement à dresser la liste de ce que nous attendons d’une future femme, à observer les nouvelles filles du groupe de jeunesse et à lire des livres sur les fréquentations afin de savoir comment choisir la bonne femme ou le bon mari, mais nous ne nous arrêtons pratiquement jamais pour nous poser la question suivante : suis-je la personne que Dieu veut que je sois pour ma future femme ou mon futur époux ? Il y a pourtant tellement de domaines à soigner dans nos vies en vue du mariage : suis-je capable de tenir un budget ? Suis-je fiable dans les petites tâches que j’ai à faire à la maison ? Et comment va ma relation avec Dieu ? Les réponses à ces questions seront de bons indicateurs de notre niveau moral et spirituel. Si vous osez, posez la question à vos amis : penses-tu que je sois prêt à me marier ? Suis-je patient ? Suis-je prompt à parler ? Suis-je capable d’écouter l’autre ? Suis-je un bon communicateur ? Quels sont mes défauts ? Voilà autant de compétences que nous pouvons développer afin d’être de meilleurs conjoints pour notre futur époux ou future épouse.

Deuxièmement, je crois fermement que Dieu ne nous appelle pas à un plan, mais bien à une relation. Une croyance populaire sur la volonté de Dieu est qu’il a un plan A pour notre vie qui est le meilleur. Dieu a aussi un plan B, au cas où nous ferions le mauvais choix, puis le plan C, et ainsi de suite. Si c’était vraiment le cas, j’aurais depuis bien longtemps dépassé le plan Z dans plusieurs domaines de ma vie ! Quand Adam et Ève ont péché, Dieu n’a pas pour autant été pris au dépourvu.

Dieu veut une relation d’amour avec nous, et le Saint-Esprit est là pour nous convaincre de péché, de justice et de jugement (Jean 16.8). Je crois fermement que la bonne personne, c’est celle à qui je dis « oui » le jour de notre mariage. Nul ne pourra jamais prétexter : «  Je me suis marié(e) avec la mauvaise personne, alors je vais divorcer et épouser la bonne. » Une fois que tu es marié(e), la volonté de Dieu, c’est que tu aimes ta femme ou ton mari !

Même s’il est possible que l’on puisse, tout en restant dans la volonté de Dieu, épouser ou Sandra, ou Sylvie ou Stéphanie, il se peut que dans certains cas, Dieu ait un avis. Pour donner un exemple concret, dans une situation donnée, j’avais une relation vraiment spéciale avec une fille. Nous avions un niveau d’intimité spirituelle vraiment élevé, mais nous n’étions pas encore prêts à prendre un engagement plus sérieux. Un beau jour, j’ai lu Colossiens 1.10, qui dit : « Marchez d’une manière digne du Seigneur pour lui plaire à tous égards. » Par son Esprit, Dieu m’a alors posé la question : « Jean-Sébastien, est-ce que cette relation me plaît ? ». « Bah... elle ne te déplaît pas » lui répondis-je. « Mais est-ce qu’elle me plaît ? Est-ce qu’elle me fait plaisir ? »

Je connaissais la réponse, mais je ne voulais pas trop l’affirmer. Dieu me montrait qu’il n’était pas d’accord qu’une si grande intimité se forme sans qu’il y ait un engagement en vue. Je savais que j’aurais à prendre quelque distance afin de plaire à Dieu (ou alors il nous faudrait nous engager réciproquement). Toujours est-il que je n’étais pas encore émotionnellement convaincu ! Mais Dieu n’avait pas dit son dernier mot ! Dans le cadre d’un petit groupe d’étude, j’ai partagé mes luttes et la « bergère » du groupe a dit : « Jean-Sébastien, n’attends pas que ce soit Dieu qui coupe car tu vas voir que cela ne fait pas du bien. »

Quelques minutes passent et Dieu commence à me parler : « Tu as une décision à prendre. Veux-tu plaire aux hommes plutôt qu’à Dieu ? (Gal 1.10) La foi demande une action ! » Le coup de grâce m’a été donné lorsque nous avons tourné la page de notre livre d’étude et qu’une phrase m’a littéralement sauté aux yeux : « Le moment où Dieu vous parle est le moment où Dieu veut que vous lui répondiez ». Dieu avait parlé...

Le Seigneur, parfois, va clairement faire passer le signal au rouge quant au choix d’une personne. Il est déjà arrivé que le Seigneur me signifie clairement « non ». Mais soyons bien conscients de la chose suivante : si Dieu me dit « non » et que je me marie quand même, à ce moment-là, la volonté de Dieu, c’est que j’aime ma femme selon ce qui est écrit dans la Bible (Éph 5.25). Donc, quoi qu’on en dise, la bonne personne est celle à qui je dis « oui » le jour de notre mariage.

En avançant cela, je ne veux pas donner l’impression que le choix d’un partenaire doit être fait de manière mystique. Je crois que Dieu nous a donné une tête, des sentiments, des émotions et aussi une direction dans notre vie. De nombreux indices peuvent converger en faveur du choix d’une personne. Dans la recherche de la volonté de Dieu, notre rôle est d’obéir à Dieu et d’être dépendants de lui par la prière. Son rôle à lui est de nous révéler sa volonté.

Le mariage et la souveraineté de Dieu

Dieu contrôle toute situation. Si nous retranchions de notre vie toutes les minutes où nous nous sommes inquiétés à propos de ceux que nous pourrions fréquenter et épouser, nous devrions ôter plusieurs années ! Paul écrit : « Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ. » (Phil 4.6-7) Il est intéressant de noter que Paul promet la paix dans deux domaines particulièrement agités lorsqu’il est question de fréquentations : nos cœurs et nos pensées.

Si nous nous inquiétons, nous désobéissons à Dieu qui nous a demandé de lui remettre toutes choses. Cela n’entraîne pas nous n’ayons pas de choix à faire ou que nous ne devions pas prendre du temps pour réfléchir sérieusement à la question. Plutôt, ne soyons pas obsédés par le mariage et les fréquentations.

N’ayons pas peur, Dieu est souverain. Sa responsabilité est de nous révéler sa volonté, et la nôtre est d’y obéir. Comme je le disais, Dieu nous appelle à une relation. Si nous restons proches de Dieu et attentifs à sa voix, nous n’avons aucune crainte à avoir ; nous épouserons la meilleure personne pour nous. Stacy Rinehart a écrit : « Dieu se soucie beaucoup plus de votre partenaire que vous ne pourriez le faire vous-mêmes. Sachant cela, pourquoi les fréquentations et le mariage sont-ils un domaine de lutte si grand parmi tant de chrétiens ?» 1 Comme il est écrit ; « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. À chaque jour suffit sa peine.» (Mat 6.33-34)

Comment faire pour savoir avec qui me marier ?

J’aimerais souligner que nos critères de choix sont très souvent immatures et superficiels. Être attiré émotionnellement par quelqu’un ne veut pas dire pour autant que nous soyons compatibles pour le mariage. L’apparence extérieure peut nous fasciner, mais nous devons l’empêcher de nous priver de notre capacité de jugement, car l’apparence peut être trompeuse ! Évitons de réduire l’autre à sa seule apparence. Stacy Rinehart écrit : « Considérez cette question : si vous étiez aveugles, vers quelle personne seriez-vous attiré ? Avec qui aimeriez-vous sortir ? La réponse à cette question vous dira le genre de fille qui vous attire en vous basant sur ses qualités et son caractère intérieur. » 2 Alors comment éviter des fréquentations bâties sur le seul motif d’une apparence extérieure à notre goût ?

Dans la Bible, amour et engagement à long terme vont de pair. La Parole nous encourage à réfléchir avant toute forme d’engagement (Luc 14.25-35). On ne peut pas se déclarer sérieusement sans connaître son futur conjoint. Ce serait donner un chèque en blanc à un inconnu !

La meilleure façon de « découvrir la perle rare » dans une perspective chrétienne saine, c’est d’entretenir de bonnes relations sociales avec les autres et de laisser Dieu agir. Si nous rencontrons tout le monde sur pied d’égalité, je suis convaincu que cela règlera beaucoup de problèmes d’approche de personnes du sexe opposé. Mais dans le cas où une relation se développerait au-delà de la cordialité ordinaire, comment puis-je discerner la volonté de Dieu ? La décision du mariage est sans nul doute l’une des plus grandes que nous ayons à prendre dans notre vie. Plusieurs facteurs importants peuvent la rendre plus sûre.

La Parole de Dieu : Une bonne décision ne peut jamais aller à l’encontre de la Parole de Dieu. Si la décision que vous voulez prendre transgresse un principe biblique, vous pouvez en être sûrs : vous faites fausse route.

Les circonstances : Sont-elles favorables ? Nos caractères sont-ils compatibles ? Sommes-nous à un bon moment dans notre vie ? Si l’autre personne se prépare à partir en mission pendant deux ans, ce n’est peut-être pas le bon moment pour commencer une relation.

Les frères et les sœurs en Christ : La Bible nous dit que « le salut est dans le grand nombre des conseillers » (Prov 11.14b). Nos leaders spirituels, nos amis et nos familles nous connaissent bien. Leurs conseils peuvent être primordiaux dans une décision aussi importante que le mariage. Gardons-nous cependant de privilégier des conseillers qui nous approuveraient quel que soit le choix que nous ferions.

La prière : Afin de prendre de bonnes décisions, il est primordial que nous soyons remplis de l’Esprit. Si nous avons une bonne relation avec Dieu, nous détecterons facilement les choix qui affecteraient négativement notre vie spirituelle. Bien que je croie que nous sommes libres de choisir entre plusieurs femmes (ou hommes), dans certains cas, la réponse de Dieu sera « non ». Ce le fut pour moi à un moment donné.… Non pas que ça n’aurait jamais marché si je m’étais marié avec cette fille, mais Dieu avait quelqu’un avec qui cela irait encore mieux. Soyons à l’écoute de Dieu ; il peut nous révéler de précieux secrets.

Nos désirs personnels : Bien que nos désirs ne nous portent pas toujours vers les meilleurs projets, il est primordial de tenir compte de nos désirs. Dieu nous a créés avec des sentiments et des désirs, et c’est pour que nous en tenions compte, tant et aussi longtemps, bien sûr, que nous restons dans les limites morales établies par Dieu.

Qu’en est-il des signes ? Doit-on demander à Dieu des signes pour savoir avec qui se marier ? Dans le cadre d’une mission solennelle qu’il voulait lui confier, Dieu s’était révélé à Gédéon et lui avait clairement exprimé sa volonté. Or, cela ne suffisait pas : il demanda donc des signes de confirmation. Ayant placé une toison de mouton par terre, il souhaita qu’elle soit mouillée de rosée alors que le terrain resterait sec, et ensuite qu’elle reste sèche alors que le terrain serait mouillé (Jug 6.36-40). Faut-il que nous aussi exigions des signes — par manque de foi ? Le grand risque avec les signes, c’est d’y rester tellement accrochés que nous finissons par ne plus voir les réponses déjà évidentes. Alors si les signes ne sont pas là, certains croyants commencent à douter que Dieu veuille qu’ils se marient et ressortent frustrés de leurs investigations. Leurs « toisons » deviennent même des obstacles dans leur recherche de la volonté de Dieu.

Mais plutôt que de se perdre dans des recherches mystiques ou exagérément subjectives, parcourons la liste qui suit, de manière à bien évaluer nos relations sentimentales. Cette liste pourra servir de guide de réflexion ou de discussion entre fiancés.




Questionnaire


Section spiritualité


1) Est-elle chrétienne ?

2) Est-elle engagée avec Dieu ?

3) Pouvez-vous exercer un ministère ensemble ?

4) Priez-vous souvent ensemble ?

5) Avez-vous une intimité spirituelle ?

6) Votre relation est-elle basée sur Christ ?

7) Votre relation plaît-elle à Dieu ?

8) Comment va ta propre relation avec Dieu ? Ta vie de prière ?

9) Avez-vous discuté du rôle de la femme et de l’homme dans le couple ?

10) Pour l’homme : Es-tu prêt à tenir la responsabilité de leader spirituel dans le couple ? Pour la femme : Es-tu prête à ce que cet homme soit le leader de la famille ?


Section psychologie et caractère


11) Avez-vous une bonne communication ?

12) Aime-t-elle les enfants ? Aime-t-il les enfants ?

13) Avez-vous déjà parlé du nombre d’enfants que vous voulez ?

14) Avez-vous du respect l’un pour l’autre ?

15) Êtes-vous capables de discuter et de poser des limites ensemble ?

16) Peux-tu envisager de passer ta vie avec elle ?

17) Tes amis sont-ils favorables à ta relation ?

18) Peux-tu l’imaginer mère (ou père) de tes enfants ?

19) Êtes-vous capable de passer de longs moments à parler ensemble, sans

vous lasser ?

20) Es-tu fier de l’être aimé ? Serais-tu fier de la présenter à tes amis ?

21) Que pensent tes amis, tes leaders spirituels de cette relation ?

22) Quelles sont les forces (qualités) et faiblesses (défauts) de l’être aimé ?

23) Êtes-vous capables de bien régler un conflit ?

24) Êtes-vous capables de vous amuser ensemble, de jouer à des jeux ?

25) Êtes-vous capables de faire confiance à l’autre ?

26) Suis-je à l’aise avec la carrière qu’elle a choisie ?

27) Êtes-vous prêts à vous engager à bâtir votre relation à long terme ?


Section physique


28) Avez-vous parlé des limites physiques dans votre relation ?

29) Sur quelles bases avez-vous choisi vos limites ?

30) Considères-tu que tu as dépassé tes limites ?

31) Vous êtes-vous entendus pour ne pas tomber dans des situations

compromettantes ?

32) Avez-vous clarifié le fait de ne pas avoir de relations sexuelles avant le mariage ?



« L’homme fait des projets, mais celui qui a le dernier mot, c’est l’Éternel.» (Prov 16.1)



What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible