Dossier: Passer le témoin
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

La transmission de la foi commence dans la famille

« Et ces paroles, que je te commande aujourd’hui, seront sur ton coeur. Tu les inculqueras à tes fils, et tu en parleras, quand tu seras assis dans ta maison, et quand tu marcheras par le chemin, et quand tu te coucheras, et quand tu te lèveras; et tu les lieras comme un signe sur ta main, et elles seront comme des fronteaux entre tes yeux, et tu les écriras sur les poteaux de ta maison et sur tes portes. » (Deut 6.6-9)

« Et vous, pères, ne provoquez pas vos enfants, mais élevez-les dans la discipline et sous les avertissements du Seigneur. » (Éph 6.4)

« Ne désertons pas nos assemblées, comme quelques-uns ont l’habitude de le faire. » (Héb 10.25)

« Mais si quelqu’un ne sait pas conduire sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’assemblée de Dieu ? » (1 Tim 3.5)

Ce verset de 1 Timothée 3.5 s’applique aux surveillants (responsables) de l’église. Un homme qui n’aurait pas enseigné la Bible à ses enfants ne peut pas espérer transmettre la vérité biblique à la génération suivante de l’église. Notons toutefois qu’enseigner ses enfants ne signifie pas qu’ils deviendront obligatoirement des chrétiens engagés : chacun reste libre de ses choix.

Que signifie « élever ses enfants dans la discipline et sous les avertissements du Seigneur » ? C’est probablement la communication patiente de ce que Dieu nous a révélé sur lui-même dans la Bible : ses traits de caractère, ses attributs, ses dons, et aussi ses exigences. La notion « d’avertissement du Seigneur » donne de la solennité à cet enseignement. Car, si on le refuse ou l’on s’en détourne, la perte sera grave.

Un élément important favorise grandement l’acceptation de cet enseignement et sa mise en pratique réussie : l’authenticité. Les enfants voient très vite si les choses enseignées sont chères au cœur de leurs parents. La transmission de la Parole de Dieu d’une génération à l’autre était déjà la mission spéciale des parents israélites. Les indications données en Deutéronome 6 sont précieuses. Le verset 6 insiste sur la nécessité de l’authenticité. Si nous ne sommes pas convaincus, que pouvons-nous enseigner ?

Le verset 7 nous parle de la régularité et de la constance de cet enseignement. Il est vrai que notre civilisation ne nous laisse pas la liberté de passer tout le jour avec nos enfants, mais je crois qu’il y a une grande bénédiction dans la lecture quotidienne de la Bible en famille. On peut commencer de très bonne heure avec une Bible pour enfants, en expliquant très simplement les passages qui leur sont accessibles (l’usage d’une Bible pour enfants ne nous dispense pas de connaître nous-mêmes la version intégrale, pour juger du bien-fondé de certains raccourcis). Ces tête-à-tête avec nos enfants sont le moyen de leur apprendre à aimer et à respecter la Parole de Dieu. Souvenons-nous toutefois que l’effet de cet enseignement ne dépend pas de sa longueur : la qualité compte bien davantage.

Quant à l’application actuelle du verset 9, pourquoi ne pas y voir un encouragement à mettre en évidence, à la vue de tous, quelques passages de l’Écriture ? Ce sera une manière de montrer à des hôtes de passage ce qui est important pour nous, en même temps qu’un rappel utile à notre égard. Au reste, l’hospitalité et les contacts entre chrétiens sont aussi des composantes importantes de notre vie de foi, et participent à la formation des enfants. C’est pourquoi l’auteur de l’épître aux Hébreux nous enjoint de ne pas l’oublier (Héb 13.2). D’abord les enfants verront quels sont les contacts qui comptent pour leurs parents. Ensuite, ils découvriront des points de vue un peu différents des leurs et de ceux de leurs parents. Surtout, ils échangeront avec des jeunes de leur âge, en toute liberté. Car ne nous faisons pas d’illusions : à défaut d’amis chrétiens, ils s’en chercheront dans le monde !

Enfin, l’enseignement d’Hébreux 10.25 sur l’importance des rencontres de l’église concerne tout le monde, y compris les enfants. Quelle bénédiction de se rendre en famille aux réunions ! Les plus petits y acquerront de saines habitudes (par exemple, la régularité) et comprendront le sérieux de la présence de Dieu. Pour leur rendre ces moments vraiment bienfaisants, le prédicateur devrait s’adapter à eux, et occasionnellement leur réserver une part de son message. La tendance actuelle à séparer les tranches d’âges (clubs pour enfants et pour adolescents, réunions pour les jeunes, pour les parents…) procède d’un souci d’efficacité qui a sa place, pour autant qu’il ne remplace pas les réunions de l’église où toutes les générations se côtoient… parce qu’elles y sont présentes !

Si nos enfants sont ainsi instruits des choses de Dieu, le salut en Jésus-Christ leur sera clairement révélé, et s’ils intègrent de plein gré la famille de Dieu, ils éviteront bien des pièges du diable, pour former plus tard une nouvelle génération utile dans l’assemblée.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Dossier : Passer le témoin
 

Regard Jean
Père d’une famille nombreuse, grand-père de nombreux petits enfants, Jean Regard est retraité de l’Education Nationale, il vit près de Bordeaux et s’implique dans son assemblée locale. Il gère les abonnements pour Promesses.