Dossier: Le défi de l'Islam
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Les degrés de contextualisation dans l’islam

Cet article est traduit du site : https://www.thepeopleofthebook.org/about/strategy/c1-c6-spectrum/

Cet article est la traduction française d’un article publié en anglais sur le site « The People of the Book » (le peuple du Livre).

Le spectre C1-C6 compare les types de « communautés centrées surle Christ » (groupes de croyants en Christ) trouvés dans le monde musulman. Les six types du spectre sont différenciés par la langue, la culture, les formes de culte, la liberté de rendre culte avec d’autres et l’identité religieuse. Tous adorent Jésus comme Seigneur et les éléments essentiels de l’évangile sont les mêmes d’un groupe à l’autre. Le spectre tente d’aborder la grande diversité qui existe dans le monde musulman entermes d’origine ethnique, d’histoire, de traditions, de langue, de culture et, dans certains cas, de théologie. Cette diversité signifie qu’une multitude d’approches sont nécessaires pour réussir à partager l’évangile et à implanter des communautés centrées sur le Christ parmi le milliard de fidèles de l’islam dans le monde. Le but du spectre est d’aider les implanteurs d’églises et les croyants d’origine musulmane à déterminer quel type de communautés centrées surle Christ peut attirer le plus grand nombre de personnes du groupe cible à Christ et est le mieux adapté dans un contexte donné. Chacun de ces six types se trouve représenté actuellement dans une partie du monde musulman.1

Voici un bref résumé de chaque communauté centrée sur le Christ décrite dans le spectre :

C1

Les missionnaires établissent une église qui est fondamentalement identique à celle de leur pays d’origine. Les services sont menés dans la languedes missionnaires. Ils se disent « chrétiens » et ont très peu de liens culturels avec la région où ils implantent l’église.

C2

La même chose que C1, sauf que les services sont menés dans la langue locale.

C3

Ils ont introduit de nombreuses formes culturelles non religieuses de la région dans leur communauté telles que l’habillement, l’art, etc. Ils rejettent toujours les éléments religieux purement islamiques. Ils peuvent se réunir dans un bâtiment d’église traditionnel ou dans un endroit plus neutre sur le plan religieux. Ils se disent « chrétiens », mais essaient d’avoir une présence plus contextualisée dans la région.

C4

Ils sont semblables à C3, mais ils introduisent certains éléments religieux islamiques dans leur communauté – comme éviter le porc, prier dans un style plus islamique, porter des vêtements islamiques et employer la terminologie islamique. Ils se nomment eux-mêmes « ceux qui suivent Isa » ou une appellation synonyme. Leurs réunions ne se déroulent généralement pas dans des bâtiments d’églises traditionnels. Ils ne sont pas considérés comme musulmans par la communauté musulmane.

C5

Ils conservent leur identité légale et sociale au sein de leur communauté musulmane. Ils rejettent ou réinterprètent toutes les pratiques et doctrines islamiques qui contredisent la Bible. Ils peuvent ou non fréquenter la mosquée régulièrement, et ils partagent activement leur foi en Jésus avec d’autres musulmans. Ils peuvent se nommer eux-mêmes des musulmans qui suivent Isa al-Masih, ou simplement des musulmans. Ils peuvent être considérés par leur communauté comme des musulmans peu orthodoxes.

C6

Ils gardent leur foi secrète en raison d’une menace extrême de persécution, de souffrance ou de représailles légales. Ils peuvent adorer secrètement en petits groupes. Ils ne partagent généralement pas leur foi ouvertement et ont une identité 100 % musulmane.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
  1. John Travis, Trimestriel Missions évangéliques, octobre 1998, p. 407 à 408.
Dossier : Le défi de l'Islam
 

Travis John
John TRAVIS a été au service des musulmans pendant de nombreuses années.