Dossier: Le royaume de Dieu
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Les paraboles de matthieu 13

Le contexte de Matthieu 13

L’Évangile selon Matthieu présente Jésus-Christ comme le Roi. Cet Évangile peut être divisé en deux parties principales :

– dans les chapitres 1 à 12, il présente le Roi et son offre du royaume,

– dans les chapitres 13 à 28, le Roi et le royaume sont rejetés.

L’offre du royaume de Jésus à son peuple devient réelle dès la fin du chapitre 12. Les chefs du peuple la repoussent catégoriquement. Bien plus, les pharisiens attribuent la puissance de Jésus à Satan et rejettent ainsi sa divinité, péché qui ne sera pas pardonné (12.24-32). Ils contestent en même temps la messianité de Jésus. Ainsi il ne leur sera plus donné de signe autre que celui de sa mort et de sa résurrection (12.38-42) et les nations qui ont entendu la Parole de Dieu condamneront cette génération d’Israël. Il n’y a plus de remède pour cette génération rebelle, et elle sera tourmentée par les esprits impurs (12.43-45).

Jésus s’adresse maintenant à tous ceux qui veulent le suivre pour faire la volonté du Père. Et ceux-là sont maintenant ses frères et sœurs (12.46-49).

Dès le chapitre 13, Jésus commence à parler en paraboles, ceci aussi en signe de jugement de la nation juive qui a rejeté les paroles des prophètes et de Jésus (13.10-15).

En revanche, celui qui veut suivre le Seigneur reçoit plus de lumière : « On donnera à celui qui a, et il sera dans l’abondance. » (13.12) Quelle bénédiction que cette promesse de Jésus !

Jésus introduit maintenant les paraboles « des mystères du royaume des cieux » (13.11). Cela veut dire simplement qu’il va révéler ce mystère caché dès la fondation du monde. Le royaume dans sa forme davidique (2 Sam 7.12-16) ayant été repoussé, le Seigneur parle maintenant d’une autre forme que prend son royaume en attendant son glorieux retour pour établir son règne terrestre de 1000 ans. On peut donc dire avec certitude que ces paraboles présentent l’état du royaume de Dieu pendant l’absence de son Roi.

Les 8 paraboles de Matthieu 13 et leur arrangement

L’agencement des paraboles

Nous trouvons 8 paraboles dans Matthieu 13 :

– 1. la parabole du semeur (13.1-9)

– 2. la parabole de l’ivraie (13.24-29)

– 3. la parabole du grain de moutarde (13.31-32)

– 4. la parabole du levain (13.33)

– 5. la parabole du trésor caché (13.44)

– 6. la parabole de la perle de grand prix (13.45-46)

– 7. la parabole du filet (13.47-50)

– 8 la parabole du maître de maison (13.52)

Ces 8 paraboles peuvent se regrouper de différentes manières.

Un premier groupe comprend les paraboles 1 puis 2, 3 et 4 (soit 1 + 3). Un second groupe comprend les paraboles 5, 6 et 7 puis 8 (soit 3 + 1). Ces deux groupes sont séparés par une explication de l’évangéliste sur la raison qui pousse Jésus à adopter ce nouveau mode de communication, appuyée par une citation de l’A.T. (13.34-35). Les paraboles 2 à 7 sont explicitement désignées comme des « paraboles du royaume » et sont introduites par l’expression : « le royaume des cieux est semblable ».

Dans les deux triplets centraux, les paraboles 3 et 4 s’enchaînent sans interruption, de même que les paraboles 5 et 6 ; elles sont aussi très courtes, alors que les paraboles 2 et 7 sont plus développées.

On peut aussi mettre en évidence une structure sous forme de chiasme :

– Les paraboles 1 et 8 vont ensemble : le semeur sème la parole du royaume et le maître de maison instruit au sujet de la parole du royaume.

– Les paraboles 2 et 7 se correspondent : tant dans le champ où poussent le bon grain et l’ivraie que dans le filet où se trouvent de bons et de mauvais poissons, il y a mélange, puis séparation à la fin.

– Les paraboles 3 et 6 mettent en évidence la grandeur du royaume à partir d’un petit élément : le grand arbre est issu d’une toute petite semence et la perle est de grand prix malgré sa toute petite taille.

– Enfin, les paraboles 4 et 5 présentent des éléments cachés : le levain d’un côté et le trésor dans le champ de l’autre.

La mise en évidence de ces structures aide à mieux comprendre et interpréter ces 8 paraboles.

Le but des paraboles

La première parabole est la clef de tout l’enseignement parabolique du Seigneur. Elle présente un tournant dans l’histoire d’Israël et un tournant dans la vie du Seigneur. La sphère du travail n’est plus seulement Israël, mais le monde (« le champ, c’est le monde » explique Jésus à ses disciples à propos de la 2e parabole).

Le but de ces paraboles est d’indiquer que, dans cette phase transitoire du rejet public du Roi, nous sommes sur le champ de bataille jusqu’au jour du retour de Christ et de sa victoire finale. La lutte avait commencé en Éden : « Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon. » (Gen 3.15) C’est la bataille entre les deux descendances. Mais Satan est vaincu, et il est limité dans ses agissements. Dans ce temps intermédiaire, la parole ne porte pas toujours du fruit, l’ivraie se mélange au bon grain, le filet ne prend pas que des bons poissons, du levain se mêle à la pâte, etc.

Les principaux enseignements des 8 paraboles

1. Parabole du semeur : Pendant l’absence du Roi, la bonne semence sera répandue par la prédication de la Parole, mais les réponses à cette prédication seront dissemblables.

2. Parabole de l’ivraie et du bon grain : Pendant cette absence, il sera difficile de distinguer d’une façon absolue les sauvés des perdus. Tous les deux seront trouvés dans la chrétienté professante.

3. Parabole du grain de moutarde : À partir d’un petit commencement, le christianisme aura une croissance extensive, visible, hors normes ; il influencera les nations. Cette extension d’une chrétienté professante ira en grandissant.

4. Parabole du levain : Mais il y aura une subversion insidieuse à l’intérieur de cette chrétienté professante jusqu’à la corruption totale.1

5 et 6. Paraboles du trésor caché et de la perle de grande valeur : Pendant ce temps, il y aura des trésors cachés choyés par le Christ. Ce trésor, c’est l’Église, composée de juifs et de païens, ayant accepté Jésus comme leur Sauveur et Seigneur.

7. Parabole du filet : Cette période du royaume se terminera par la séparation des méchants d’avec les justes, lors du retour du Roi.

8. Parabole du scribe : Pendant tout ce temps, tout vrai disciple du Seigneur bénéficiera de la révélation et des promesses de toute la Bible, tant de l’A.T. (« des choses anciennes ») que du N.T. (« des choses nouvelles »).

Conclusion

Si Jésus commente en détail le sens de la première parabole à ses disciples, celle du semeur, il ne donne aucune explication sur la dernière. Mais elle constitue un grand encouragement pour les siens. Au-delà, il invite indirectement chacun de nous à devenir comme un « scribe instruit de ce qui regarde le royaume des cieux ». À nous donc de creuser le sens de ces paraboles, de réfléchir pour en dégager le sens. À nous de nous laisser sonder chaque fois pour y trouver une fraîcheur nouvelle, une application pertinente pour la situation présente — même si nous pensons (un peu présomptueusement) avoir déjà compris toutes ces choses (v. 51).

1L’interprétation de cette parabole est particulièrement débattue : certains commentateurs y voient une image positive du développement de l’Évangile. Cependant le sens toujours négatif donné au levain dans le N.T., tant dans cet Évangile (16.11) que dans les Épîtres de Paul, incline à retenir plutôt l’interprétation négative.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Dossier : Le royaume de Dieu
 

Lüscher Henri
Cofondateur de la revue, il y a 48 ans, Henri Lüscher se consacre encore à plusieurs tâches administratives et rédactionnelles en faveur de Promesses.