Dossier: 500 ans de la Réforme et 50 ans de Promesses
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Martin Luther À l’origine de la Réforme

Le 31 octobre 1517 est la date généralement retenue par les spécialistes pour défi-nir les débuts officiels de la Réforme. C’est en effet ce jour-là que Martin Luther (1483-1546) s’est décidé à afficher sur la porte de l’église du château de Witten-berg ses fameuses 95 thèses, affirmations théologiques par lesquelles il s’oppose ouvertement aux nombreux abus de l’autorité pontificale et propose en échange une réforme radicale de l’Église.

1. L’action de Luther

Salué aujourd’hui comme le maître à penser d’un mouvement ecclésiastique ré-formateur — le protestantisme — Luther naît à Eisleben en 1483. Issu d’une fa-mille de paysans saxons, il étudiera le droit et entrera en 1505 au couvent des Au-gustins à Erfurt où il se consacrera à deux recherches prioritaires dans sa vie :
• Une vie monacale passionnée : préoccupé par l’idée ambiante du salut, il s’astreint régulièrement à de sévères mortifications et privations.
• L’étude biblique systématique : Docteur en théologie, il obtient en 1513 la chaire d’Écriture sainte à l’Université de Wittenberg.
Vers 1515, il se met à commenter l’épître aux Romains où son attention est attirée par deux versets qui vont transformer toute sa pensée : « Car je n’ai point honte de l’Évangile : c’est la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif premièrement, puis du Grec, parce qu’en lui est révélée la justice de Dieu par la foi et pour la foi ; selon qu’il est écrit : Le juste vivra par la foi. » (Rom 1.16-17)
À la suite de cette révélation, Luther comprend que le salut ne dépend aucunement de quelque œuvre de l’homme mais qu’il est un don gratuit que Dieu accorde à tous ceux qui se repentent et qui croient.
À la même époque (1515), le dominicain Tetzel (mandaté par le pape Léon X) parcourt l’Allemagne en vendant des indulgences censées accorder aux acheteurs (qui s’endettaient) le pardon des péchés et la garantie d’un salut éternel mais en réalité le produit de ce trafic était destiné au financement de la basilique Saint Pierre à Rome… Ce marchandage éhonté épouvante Luther qui réagit publique-ment en affichant le 31 octobre 1517 sur l’église de Wittenberg 95 thèses pour manifester son opposition à de telles pratiques. En voici deux particulièrement explicites :
• 27 : Ils prêchent des inventions humaines, ceux qui prétendent qu’aussitôt que l’argent résonne dans leur caisse, l’âme s’envole du purgatoire.
• 67 : Les indulgences dont les prédicateurs prônent à grands cris les mérites, n’en ont qu’un : celui de rapporter de l’argent.
Ce manifeste par lequel Luther espérait provoquer un simple entretien théologique et une profonde remise en question de l’église catholique a produit une réaction opposée et suscité les pires ennuis à son auteur. Appelé à s’expliquer devant les autorités ecclésiastiques, Luther sera confronté successivement à Augsbourg avec le légat pontifical Cajétan et à Leipzig, avec le théologien Eck : il est sommé de se rétracter sans aucune discussion !
Luther refuse d’obtempérer. La réaction est immédiate : en 1520, le pape Léon X lance contre lui une bulle d’excommunication que le réformateur brûle aussitôt en public à Wittenberg ! Le 3 janvier 1521, la rupture est consommée et Luther chas-sé.
Cette exclusion l’enhardit davantage dans ses convictions et ne l’empêche pas de rédiger trois autres manifestes clairement anticléricaux :
• À la noblesse chrétienne de la nation allemande (contre la suprématie romaine)
• La captivité de Babylone (contre les 7 sacrements)
• De la liberté du chrétien (contre l’église catholique)
Outre sa mise à l’écart de l’église catholique, Luther subira une seconde condam-nation tout aussi lourde de conséquences : cité par l’empereur Charles-Quint de-vant la diète d’empire réunie à Worms en 1521, il est une nouvelle fois sommé de se rétracter.
Cependant Luther confirme devant princes et seigneurs réunis, l’autorité suprême de la Parole de Dieu : « Si l’on ne me convainc pas par le témoignage de l’Écriture ou par des raisons décisives, je ne puis me rétracter. Car je ne crois ni à l’infaillibilité du pape, ni à celle des conciles car il est manifeste qu’ils se sont souvent trompés et contredits. Ma conscience est liée à la Parole de Dieu. Je ne puis et ne veux rien révoquer car il est dangereux et il n’est pas juste d’agir contre sa propre conscience. Que Dieu me soit en aide ! Amen. »
Luther est alors condamné au ban de l’empire, c’est-à-dire qu’il est considéré comme « hors la Loi », ce qu’il demeurera jusqu’à sa mort, de 1521 à 1546 ! Il est alors « enlevé » pour être protégé et caché (sous le nom de Chevalier Georges) au château de la Wartbourg (près d’Eisenach) par le prince électeur de Saxe, Frédéric le Sage qui prend fait et cause pour le banni. Luther profitera de cette prison dorée pour débuter la traduction de la Bible en allemand (N.T. en 1522 et A.T. en 1534), ce qui fera de lui un des pionniers de la langue allemande moderne.
De retour à Wittenberg en mars 1522, il se mariera en 1525 avec Catherine de Bo-ra dont il aura 6 enfants. Il n’exercera plus de ministère public (à cause de ses condamnations) mais développera une grande activité littéraire pour :
• Continuer son combat spirituel contre l’église catholique soutenue par les pouvoirs politiques en fixant les éléments essentiels du culte évangélique dans un traité intitulé La Messe allemande.
• S’opposer aux révoltes sociales contemporaines : il défendra la position des seigneurs allemands dans la guerre contre les paysans (1525).
• Lutter contre les excès de certains partisans un peu plus fanatiques de la Ré-forme comme les anabaptistes.
• Apporter une éducation spirituelle au peuple ignorant : il rédigera deux ou-vrages importants en 1529 : Grand catéchisme et Petit Catéchisme.
• Composer un grand nombre de chorals exprimant la foi vivante dont le plus célèbre commence par cette confession : « C’est un rempart que notre Dieu : si l’on nous fait injure, son bras puissant nous tiendra lieu et de fort et d’armure… »

2. L’influence de Luther

La Réforme s’étend rapidement à travers l’Allemagne pour diverses raisons :
• Spirituelles : la soif de vérité « épurée » de beaucoup faisant suite à une reli-gion oppressante noyée dans un fatras de légendes de saints et de multiples dévotions étrangères au pur Évangile.
• Politiques : l’opportunité de plusieurs princes électeurs allemands ne plus être soumis à la dictature vaticane ; opposition de mentalité latente depuis des siècles entre caractères germanique et latin.
• Pratiques : le développement de l’imprimerie a permis la diffusion de la pensée et des écrits de Luther qui ont largement débordé l’Allemagne…
Néanmoins, l’opposition impériale est tenace :
• 1526 : Première Diète de Spire où les autorités accordent la liberté de religion aux princes et aux villes qui ont choisi la « nouvelle religion ».
• 1529 : Seconde Diète de Spire convoquée par Charles Quint qui tente d’abroger le décret de 1526 : cinq princes représentant plusieurs villes libres rédigent une pétition contenant ces mots désormais célèbres « Chers Seigneurs, oncles, cousins et amis ; … si vous ne vous rendez pas à notre requête, nous protestons1 par la présente, devant Dieu, … que nous ne consentons ni n’adhérons… au dernier décret de Spire. »
• 1530 : Diète d’Augsbourg au cours de laquelle Philippe Melanchton (1497-1560), conseiller politique du prince Frédéric le Sage, gagné par les idées de Luther, sera chargé de rédiger en vue d’une paix religieuse, une confession de foi définissant la doctrine officielle des « protestants ». Cette Confession d’Augsbourg devient la confession de foi fondamentale de l’église luthé-rienne.
• 1555 : Paix d’Augsbourg, acte politico-religieux qui partage le territoire alle-mand entre luthériens et catholiques selon le principe que tous les sujets doi-vent adopter la religion choisie par leur prince-électeur conformément à l’expression latine « ejus regio, cujus religio », à telle région, telle religion ! D’après cette répartition, en 1555, les deux tiers du pays sont luthériens… Les pays nordiques sont rapidement touchés et deviennent bientôt luthériens à leur tour : Danemark, Norvège, Suède et Finlande.
• Schématiquement le milieu du XVIe siècle présente une Europe divisée en deux entre pays latins du Sud (à forte majorité catholique) et pays saxons du Nord (à forte majorité protestante), préfigurant les guerres de religion qui vont ensanglanter notre continent durant plus d’un siècle…

3. Conclusion

Martin Luther a donc été, au sein de l’Église du XVIe siècle, l’élément détonateur de ce mouvement rénovateur connu aujourd’hui sous le terme générique de « protestantisme » mouvement spirituel aux multiples facettes… Mais Luther ne fut pas seul dans le renouveau spirituel. Parmi ses nombreux successeurs adeptes d’une foi renouvelée, citons : Philippe Melanchton (1497-1560) ordonnateur de sa pensée ; Jean Calvin (1509-1564) ; Ulrich Zwingli (1484-1531) ; Pierre Viret (1511-1571) ; Guillaume Farel (1489-1565) ; John Knox (1505-1572) et Guy de Brès, né à Mons et auteur de la confession belgica en 1560.
Pour terminer, notre intention n’est certainement pas d’apporter quelques critiques à l’égard de Martin Luther vu l’importance de son intervention dans l’évolution de l’Église et son impact dans le cadre de l’Histoire de l’humanité. Tout chez ce fidèle serviteur de Dieu est grandiose et son œuvre demeurera indélébile. Cependant, qu’il nous soit permis de relever quelques détails qui ont peut-être soustrait au mouvement réformateur initié par Luther des avancées intéressantes et suscité en contrepartie quelques déboires…

Révolte des paysans (1525)

La position (plus politique que religieuse) prise par Luther est sujette à caution. Le réformateur ayant été défendu par les princes allemands lors de ses condamna-tions, a pris fait et cause en leur faveur manifestant ainsi une attitude fort conservatrice face aux excès révolutionnaires de certains dont les anabaptistes (emmenés par Thomas Munzer) qui soutenaient les revendications paysannes. Les princes vainqueurs de ce conflit dramatique affirment alors de plus en plus leur autorité et interviennent directement dans les affaires religieuses.

Émergence d’églises nationales

Cette suprématie des princes va entraîner une nouvelle structure politico-religieuse des églises luthériennes. À la différence de l’église catholique dont le but a toujours été d’assujettir l’État à l’Église (conférant ainsi au pape une sorte de primauté sur les nations) dans chaque pays où le luthéranisme a triomphé (en par-ticulier en Europe du Nord) on assiste à l’installation d’églises nationales auto-nomes qui « fonctionnent » en partenariat avec les autres églises tout en conservant leurs prérogatives.

Divergence à propos de la Sainte-Cène

Une controverse néfaste a d’abord opposé Luther à Zwingli concernant l’interprétation spirituelle du dernier Repas du Christ ; controverse qui s’est am-plifiée ensuite avec Calvin… Le manque flagrant de cohésion de la part des ré-formateurs au sujet de la Sainte-Cène a empêché le mouvement protestant d’offrir un « front commun » cohérent face à l’église catholique.

Petit rappel des diverses conceptions théologiques :

• Catholique = transsubstantiation : présence charnelle réelle de J.-C.
• Luthérienne = consubstantiation : présence effective invisible de J.-C.
• Zwinglienne = symbolisation : allusion symbolique de la présence de J.-C.
• Calviniste = spiritualisation : présence spirituelle authentique de J.-C.
Prolifération des églises protestantes
Un des fondements de la réforme luthérienne affirme que seule l’Écriture Sainte a autorité en matière de foi (« Sola Scriptura »). À la limite, cette revendication permet à chacun(e) une libre interprétation des textes bibliques qui a provoqué au cours des siècles une profusion de mouvements protestants parallèles (et parfois opposés) se réclamant tous utilisateurs d’une même source inspiratrice : la Bible. Par conséquent, il n’est pas possible de parler d’un protestantisme unitaire mais bien d’un protestantisme aux multiples facettes.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
  1. Ce serait l’une des origines du mot « protestants ». L’autre explication résiderait dans la signification étymologique du terme latin protestare : « témoigner devant ».
Dossier : 500 ans de la Réforme et 50 ans de Promesses
 

Blond Pierre
L'auteur de cet article, Pierre BLOND, est belge. Il est né en Afrique (Rwanda-Urundi). Il est marié et père de trois enfants, dont l'une est décédée à l'âge de 18 ans.. Licencié en théologie protestante, en histoire du christianisme et agrégé pour l'enseignement secondaire supérieur, il est professeur, chargé de cours de religion protestante. Il exerce un ministère itinérant d'enseignant biblique dans les assemblées évangéliques et s'occupe également des jeunes.