Etude biblique
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Othniel: Portrait d’un juge négligé

ETUDE DANS L’ANCIEN TESTAMENT

Les Israélites furent asservis à Kouchân-Richeatayim pendant huit ans. Les Israélites crièrent à l’Eternel, et l’Eternel suscita aux Israélites un libérateur qui les sauva, Othniel, fils de Qenaz, frère cadet de Caleb. L’Esprit de l’Eternel fut sur lui. Il devint juge sur Israël et il partit pour la guerre. L’Eternel livra entre ses mains Kouchân-Richeatayim, roi de Mésopotamie, et sa main fut puissante contre Kouchân-Richeatayim. Le pays fut tranquille pendant quarante ans. (Jug 3.9-11)

Attention aux apparences. Ce qui prend le plus de place, n’est pas toujours le plus important. Le rôle stratégique d’un général ne se mesure pas à sa corpulence. En littérature, un mot peut changer tout le sens d’un texte. Othniel est ce mot pour le livre des Juges. Bien que son ministère soit résumé en trois versets, Othniel est comme une tour fortifiée à l’entrée d’un défilé, comme un pion avancé sur l’échiquier du livre des Juges. La compréhension de son ministère est fondamentale; elle est un passage obligé pour l’interprétation de tout le livre. Négliger Othniel, c’est s’aventurer sans guide dans les régions escarpées et difficiles de ce livre.

Othniel tient son rôle clé de sa place et de son origine. Des douze juges du livre, il est le premier, l’éclaireur en quelque sorte; il est aussi le seul qui vienne de Juda (Jug 1.13; 3.9), c’est-à-dire de la tribu qui, soit lors de la conquête du pays (au début du livre), soit lors de l’attaque de la ville renégate de Guibéa (à la fin du livre), est désignée par 1’Eternel comme devant ouvrir le chemin pour montrer aux autres la voie à suivre (Jug 1.2; 20.18). Othniel est le premier juge et il vient de la tribu leader: tout le désigne pour servir de guide.

Le portrait d’Othniel est sommaire. L’auteur qui va consacrer la partie centrale de son ouvrage à développer le ministère des juges (Jug3.5-16.31), ne veut pas, dans un premier temps, noyer son sujet sous une foule de détails. Au contraire, il cherche à mettre en évidence les points saillants des juges. Othniel servira de portrait-robot. Ce qui est dit de lui sera vrai des autres. Les repères nécessaires pour orienter le lecteur dans une compréhension du comportement des juges doivent être nets. Aucun ornement, rien de superflu.

Comme l’arbre dépouillé de ses feuilles en hiver laisse apparaître toutes les branches maîtresses, le tableau du premier juge sera squelettique. Mieux encore, il sera isolé sur la scène puisque, durant le ministère de ce libérateur, aucune information n’est donnée sur le peuple. L’attention du lecteur est ainsi focalisée exclusivement sur Othniel. Sont relevés en particulier son appel, son ministère de rédemption et l’onction divine. Ces points méritent une étude attentive. Ils sont l’objet des prochains développements.

L’appel et le ministère d’Othniel

L’Eternel suscita aux Israélites un libérateur qui les sauva (Jug 3.9). A l’origine de tout vrai appel se trouve Dieu. C’est lui le catalyseur, le moteur de tout ministère. «l »Eternel suscite». L’expression est ramassée. Pas un mot sur la manière ni la réaction du juge. Une nouvelle fois, les détails sont relégués à des développements ultérieurs, car il faudra attendre les ministères de Gédéon et de Samson pour recevoir des informations plus abondantes sur l’appel d’un juge. Pour l’heure, l’auteur se limite à l’ossature de ces appels. Dieu suscite. Voilà ce qu’il faut savoir, rien de plus.

Le ministère du juge est lié au dessein de Dieu, et si l’on désire mieux cerner ce ministère, c’est donc du côté divin qu’il faut chercher des explications. La relation entre Dieu et Israël repose sur l’alliance conclue au Mt Sinaï. Les termes du contrat sont bien résumés dans Deut 28: si Israël est fidèle, il sera béni; s’il désobéit, il tombera sous le jugement de Dieu. De plus, une repentance sincère permet en tout temps à celui qui a péché de revenir sous l’aile protectrice de l’Eternel. Pendant les trois siècles de la période des Juges, Israël n’a cessé d’osciller entre la révolte et le repentir. Tour à tour, Dieu répond au peuple par l’envoi d’oppresseurs (en cas d’ infidélité) et de libérateurs (en cas d’humiliation). Cette valse lugubre où tyrans et sauveurs se succèdent au rythme des penchants du peuple est parfaitement décrite au chapitre 2 des Juges.

L’envoi d’oppresseurs soulève cependant une question: comment le Dieu juste peut-il punir Israël par des hommes injustes? Si le peuple élu tombe sous le jugement divin, pourquoi n’en est-il pas de même pour les païens? Pourquoi le méchant dévore-t-il celui qui est plus juste que lui? (Rab 1.13). Leur triomphe et apparente bénédiction pose problème. La réponse donnée à Habakuk peu avant l’exil (Rab 2.8-17) est valable aussi ici: quand Dieu aura fini avec Israël, il se tournera vers les nations. Si le jugement commence avec la maison d’Israël. il s’ achèvera avec les païens.

Sous cet éclairage, le ministère des juges est très intéressant. Suscités par Dieu pour répondre au repentir du peuple, les juges entrent dans le dessein de la justice divine. La voie suivie est marquée par deux traces parallèles. D’un côté, le juge est appelé à libérer son peuple, de l’autre sa tâche consiste simultanément et dans le même élan à punir les oppresseurs injustes. Le jugement d’Israël étant terminé, celui des nations peut commencer.

Trop souvent les commentateurs se méprennent sur la fonction des juges. Beaucoup leur contestent un ministère de juridiction et ne voient en eux que des généraux conduisant leurs troupes au combat. Pour ces théologiens, les juges ont usurpé leur titre. Erreur. La réalité est tout autre. Les juges sont de vrais juges, des juges de première importance même. S’il est vrai qu’ils semblent peu impliqués dans les affaires domestiques (à l’exception peut-être de Débora), leur ministère s’exerce surtout au niveau suprême, celui des nations. Comme justiciers de Dieu, ils doivent non seulement libérer le peuple grâcié, mais encore punir les ennemis coupables.

Econome en explications pour Othniel, l’auteur relève cependant par plusieurs expressions la dimension punitive du ministère du premier juge. L’ennemi Cuschan-Rischeathaïm, dont le nom signifie « double méchanceté », est livré à Othniel qui le traite avec une main puissante. Aucun pardon pour celui qui n’en mérite aucun. Influencés par des pensées humanistes, les chrétiens se trompent trop souvent sur le rôle de la grâce et de la justice. Cette dernière doit punir le mal sous peine de devenir, elle-même injustice. D’autre part, la grâce divine, qui reporte le jugement mérité du pécheur sur le Messie, ne peut agir que dans le cadre d’un repentir sincère.

Lorsque la justice est exprimée dans sa totalité, lorsque le peuple réconcilié est libéré, lorsque l’ennemi est écarté et jugé, alors la paix peut régner. Le repos du pays est fixé à quarante ans. Ce chiffre, historiquement vrai, symbolise aussi toute une génération, celle du juste juge suscité par l’Eternel.

L’onction spirituelle

Homme de Dieu, le juge est marqué du sceau de Dieu: L’Esprit de l’Eternel fut sur lui (Othniel) (Jug 3.10). Avant d’entrer dans les détails, un bref arrêt sur le sens de la spiritualité évitera certaines confusions.

Contrairement aux religions orientales, qui opposent le bien à la matière et situent ainsi les notions du bien et du mal dans le domaine de la métaphysique, la Bible place ces éléments dans le domaine de la morale, c’est-à-dire sur le plan du comportement de l’homme. Est spirituel celui qui obéit à Dieu; est charnel celui qui lui désobéit. Un homme oint de l’Esprit divin est donc, par définition, un homme marqué par la morale divine.

C’est ici que l’incompréhension et même l’opposition à la spiritualité des juges est la plus forte. Comment peut-on qualifier un comportement de moral quand – visiblement il ne l’est pas, car pour beaucoup de théologiens, l’action de certains juges est à l’opposé de la justice divine. Devant une telle interprétation, il ne reste plus qu’à minimiser l’onction divine sous prétexte d’être située dans l’Ancien Testament Au plus, l’esprit qualifierait un homme pour accomplir une tâche particulière: par exemple commander une armée. Cette attitude devant le texte biblique est vouée à l’échec, car elle ne cherche pas à comprendre la parole révélée. Elle veut au contraire lui imposer le carcan d’une pensée étrangère.

Contrairement à ces raisonnements circulaires dont les explications se bornent à justifier les a priori, les juges sont réellement revêtus de l’Esprit divin. Ils sont les guides spirituels, et donc moraux, de leur génération. L’auteur inspiré l’avait d’ailleurs déjà suggéré au chapitre précédent (Jug 2) puisque, dans ce résumé de la période des juges qui retrace la chute du peuple génération après génération, aucun reproche n’est adressé aux juges. Sur fond de grisaille, leur parcours est lumineux. En fait, l’égarement du peuple vient précisément de son incapacité à maintenir le cap fixé par ses guides.

Pas de reproche dans le résumé portant sur trois siècles; mention de l’onction divine: voilà des indices fondamentaux pour interpréter les actions des juges favorablement. Un mot doit cependant encore compléter notre propos sur l’onction divine. La venue de l’esprit sur un juge apparaît à sept reprises dans ce livre. Ce nombre, loin d’être dû au hasard, est le résultat délibéré d’un auteur particulièrement attentif au symbolisme des chiffres. Pour exprimer la totalité, notre historien recourt plus d’une fois à ce chiffre de la perfection. (Après la création du monde, Dieu ne s’est-il pas reposé le septième jour?)

Nul besoin de mentionner toutes les oppressions jalonnant plus de 300 ans d’histoire: sept suffiront pour représenter l’ensemble (voir la partie centrale du livre: Jug 3.5-16.31).

Nul besoin de signaler tous les instruments de libération «dérisoires» utilisés par des fidèles pour repousser l’oppresseur: sept suffiront: la courte épée d’Ehud, l’aiguillon à boeufs de Schamgar , le pieu de Jaïr, l’action cumulée des trompettes, cruches et flambeaux de Gédéon, la meule à moulin pour la tête d’ Abimélek, les mains nues de Samson et, pour fermer définitement la bouche vorace des ennemis, une mâchoire d’âne fraîche (Jug 3.16,31; 4.21; 7.16; 9.53; 14.6; 15.16).

Nul besoin de rapporter tous les mémoriaux du passé: en les précédant du refrain jusqu’à ce jour, sept suffiront (1.21, 26; 6.24; 10.4: 15.19; 18.1, 12).

Quant à l’envoi de l’Esprit, le rappeler pour chaque juge serait laborieux et insipide. Si on l’indiquait pour le juge type, une seule mention suffirait. D’un autre côté, sept mentions témoigneraient de la multiplicité et de la totalité tout à la fois. C’est la solution adoptée par notre auteur.

Sept mentions de l’Esprit pour indiquer qu’il est venu sur tous les juges: la répétition est nécessaire, mais elle n’est pas monotone sous la plume chevronnée de notre écrivain, car, en plus de la première référence relative au stéréotype des juges (Othniel), les six autres occupent toutes une place stratégique. Comme des panneaux de signalisation routière orientant les voyageurs aux croisements, l’Esprit est mentionné chaque fois que le lecteur pourrait s’égarer et ne pas comprendre l’action juste du juge. Rencontré une fois en salle de théorie avec Othniel, le panneau réapparaît six fois sur le terrain, là où les difficultés sont réelles: une fois pour Gédéon (6.34), une fois pour Jéphté (11.29), quatre fois pour Samson (13.25; 14.6,19; 15.14).

Si le lecteur n’a pas écouté les recommandations de départ, la sortie de route est garantie, en particulier sur un terrain aussi verglacé que celui de Samson où peu d’interprètes terminent le parcours sans être meurtris à l’image de ce héros qu’ils finissent tous par blâmer plus que nécessaire. (Que le lecteur averti cherche, d’ici la parution du portrait de Samson, l’image de ce héros de la foi (Héb 11.32) tel que nous le dépeint l’auteur des Juges!)

Le caractère du juge

Pour être complet le portrait d’Othniel exige encore une touche. Elle lui sera apportée du chapitre 1 qui avait déjà introduit notre héros auprès des lecteurs des Juges. Les circonstances relatives au mariage d’Othniel (Jug 1.12-16) jettent un peu de couleur sur l’esquisse de notre premier juge; elles brossent surtout les lignes d’un caractère empreint de foi et de courage. Pour comprendre la pointe du récit, il faut se tourner vers le beau-père. Pourquoi Caleb a-t-il dit: Je donnerai ma fille Acsa pour femme à celui qui battra Kirjath-Sépher et qui la prendra (Jug 1.12)? Caleb, faut-il le rappeler, était l’un des deux héros d’Israël. Avec Josué, ils avaient été les seuls à vouloir conquérir la Palestine après l’exploration du pays (Nom 13-14). Cette détermination était signe non de témérité, mais de foi, car ces hommes avaient pris la parole de l’Eternel au sérieux. Si Dieu avait promis au peuple un pays, n’allait-il pas le leur donner; n’allait-il pas mener leur armée à la victoire?

Après la conquête de la Palestine, Caleb, toujours animé de la même foi, choisit la ville de Hébron comme part d’héritage (Jos 14.12-13), c’est-à-dire la ville même des géants! Confiant non dans sa force, mais dans la fidélité de l’Eternel, il choisit le morceau le plus coriace, et laisse ainsi au peuple un témoignage exemplaire. Faites comme moi, n’ayez pas peur, Dieu est avec nous. Ces remarques nous permettent de comprendre et d’apprécier les critères retenus pour trouver un beau- fils: Caleb ne cherche pour sa fille ni athlète musclé ni soldat couvert de cicatrices, mais un homme de foi qui prend Dieu au mot, un leader spirituel qui s’engage en première ligne, assuré de la victoire promise.

Relevons encore que la ville à conquérir était d’importance. Quiryath-Arba, la «ville du livre» comme son nom l’indique, contenait probablement une grande bibliothèque; hypothèse renforcée par son nouveau nom de Debir, qui signifie «parole». Ce centre culturel et haut lieu de l’idéologie cananéenne devait certainement être bien défendu.

Si l’époux recherché est valeureux, l’épouse ne manquait pas d’attrait. La prime offerte était alléchante; en plus du privilège d’entrer dans la famille d’un héros de la foi, Caleb offrait au vainqueur une femme de qualité. Rien n’est dit sur le physique d’Acsa, mais l’essentiel est ailleurs, comme le soulignera la mère de Lemuel dans son poème sur la femme idéale (Prov 31.10-31). Les qualités intérieures d’Acsa sont révélées lorsque, soucieuse du bien de son mari, elle demande à son père la double faveur d’un champ et de fontaines d’eau (Jug 1.14-15). Caleb cède aux désirs de sa fille, et semble même aller au-delà de sa demande, puisqu’il lui offre les sources supérieures et inférieures. Lorsque confiance et respect règnent, n’est-ce pas un plaisir pour les parents de transmettre leur héritage à leurs enfants, convaincus que ces derniers le mettront en valeur?

Sur cette image du couple idéal, nous terminerons notre portrait du juge type. Le cadre est fixé, et nous verrons dans les prochaines études comment les qualités relevées chez Othniel (appel divin, onction spirituelle, foi vivante) se manifestent dans le concret. De la charpente, nous passerons au mobilier; du squelette, à la chair. En cela nous suivrons le cheminement proposé par l’auteur du livre des Juges.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Arnold Daniel
Daniel Arnold a été pendant de longues années professeur à l’Institut biblique Emmaüs. Il est aussi l’auteur de nombreux livres, parmi lesquels des commentaires sur des livres bibliques.