Dossier: Le livre de Job
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Que penser de la présence de Satan devant Dieu ? (Job 1.6-12, 2.1-7)

Le nom hébreu sātān apparaît 27 fois dans l’Ancien Testament. Fondamentalement, il signifie simplement « adversaire » et peut désigner un être humain dans plusieurs circonstances différentes. À 18 reprises, cependant, le nom sātān se réfère à un être angélique mauvais qui se manifeste dans un contexte d’adversité spirituelle. 14 de ces occurrences apparaissent dans la description d’une scène céleste qui se déroule à travers les deux premiers chapitres de Job. Dans chacun de ces cas, le texte en hébreu comporte un article devant le nom (hasātān, c’est-à-dire « le satan »). Cet article démontre clairement qu’il s’agit d’un « adversaire » en particulier. Dans 1 Chroniques 21.1, nous avons la seule occurrence où le nom sātān est utilisé comme nom propre en hébreu. L’équivalent grec satanas, quant à lui, apparaît 36 fois dans le Nouveau Testament.Le nom hébreu sātān apparaît 27 fois dans l’Ancien Testament. Fondamentalement, il signifie simplement « adversaire » et peut désigner un être humain dans plusieurs circonstances différentes. À 18 reprises, cependant, le nom sātān se réfère à un être angélique mauvais qui se manifeste dans un contexte d’adversité spirituelle. 14 de ces occurrences apparaissent dans la description d’une scène céleste qui se déroule à travers les deux premiers chapitres de Job. Dans chacun de ces cas, le texte en hébreu comporte un article devant le nom (hasātān, c’est-à-dire « le satan »). Cet article démontre clairement qu’il s’agit d’un « adversaire » en particulier. Dans 1 Chroniques 21.1, nous avons la seule occurrence où le nom sātān est utilisé comme nom propre en hébreu. L’équivalent grec satanas, quant à lui, apparaît 36 fois dans le Nouveau Testament.
L’origine de Satan remonte à la création des anges dans le ciel, appelés parfois collectivement les « fils de Dieu » (voir Ps 89.7 ; Job 38.7). Dans les livres des prophètes Ésaïe et Ézéchiel, on trouve deux passages qui s’adressent respectivement aux rois de Babylone et de Tyr. Cependant, ces textes poétiques semblent également évoquer un personnage plus grand que ces deux rois eux-mêmes, c’est-à-dire un être spirituel qui les anime. Il s’agit alors sans aucun doute de Satan. Ésaïe 14.12-14 parle de l’astre brillant, le fils de l’aurore1 , « tombé du ciel », une expression utilisée par le Seigneur Jésus dans Luc 10.18 et appliquée à Satan : « Je voyais Satan tomber du ciel comme un éclair ». C’est principalement le péché d’orgueil qui a causé la chute de Satan (remarquez les cinq prétentions dans les versets 13 et 14 d’Ésaïe 14). Le passage d’Ézéchiel 28.13-16 présente un cas semblable.
La « chute » de Satan dans ce contexte est une manière de décrire sa rébellion contre Dieu dans le ciel. Dans une représentation hautement symbolique mais parfaitement claire, Apocalypse 12.3,7 démontre que Satan a entraîné le tiers des anges dans sa révolte. Malgré cela, Dieu a laissé à Satan et à ses anges déchus la permission de se présenter devant lui dans le ciel. C’est ce dont nous parlent les deux premiers chapitres du livre de Job. Il faut se rappeler que l’histoire de Job se passe au temps des patriarches. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Satan et ses anges ont-ils toujours accès au ciel, à la présence de Dieu ? Le passage d’Éphésiens 6.12, qui parle du combat spirituel du chrétien, répond sans détour à cette question : « Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes »2 . Ce passage, qui met particulièrement l’accent sur l’importance de tenir ferme contre le diable, démontre que Dieu tolère encore sa présence et celle de ses anges déchus dans le ciel. La raison précise ne nous est pas donnée. Par contre, nous savons exactement pourquoi Satan, lui, s’y présente : c’est pour accuser les croyants. Cela apparaît clairement dans la vision de la purification du sacrificateur Josué : « Il me fit voir Josué, le souverain sacrificateur, debout devant l’ange de l’Éternel, et Satan qui se tenait à sa droite pour l’accuser » (Jos 3.1). Mais tout comme pour Josué, nous avons aussi un défenseur auprès de Dieu, qui se trouve être le même 3 : le Seigneur Jésus-Christ, par qui « nous avons vaincu le malin » (1 Jean 2.14).
Il y a deux autres vérités extrêmement importantes que nous devons comprendre en lien avec la présence de Satan dans les lieux célestes.
 Bien qu’il soit là pour accuser les saints, Satan doit cependant toujours obtenir la permission de Dieu avant de les éprouver, et uniquement dans les limites permises par le Seigneur. C’est ce que le livre de Job nous révèle : « Et Satan répondit à l’Éternel : Peau pour peau ! tout ce que possède un homme, il le donne pour sa vie. Mais étends ta main, touche à ses os et à sa chair, et je suis sûr qu’il te maudit en face. L’Éternel dit à Satan : Voici, je te le livre : seulement, épargne sa vie. » (Job 2.4-6) La même vérité revient dans la bouche du Seigneur Jésus : « [Le Seigneur dit :] Simon, Simon, Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment. Mais j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point. » (Luc 22.31-32)
 La seconde vérité en lien avec la présence de Satan dans le ciel, c’est qu’un jour il en sera définitivement chassé. En effet, Apocalypse 12.7-10 déclare : « Et il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent, mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel. Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. Et j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait : Maintenant le salut est arrivé, ainsi que la puissance, le règne de notre Dieu, et l’autorité de son Christ ; car il a été précipité, l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit 4» .
En résumé, Satan et ses anges ont réellement accès à la présence de Dieu dans le ciel. C’est d’ailleurs là que le diable accuse les saints, qui sont cependant défendus par Jésus-Christ le juste (Rom 8.33 ; 1 Jean 2.1). De plus, Satan et ses anges ne peuvent rien faire sans la permission de Dieu (voir Luc 8.32), et un jour ils seront chassés du ciel pour toujours (Apoc 12.8).

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
  1. Cette double métaphore décrit un être céleste.
  2. En gras pour souligner.
  3. L’ange de l’Éternel est le Seigneur Jésus avant son incarnation.
  4. En gras pour souligner.
Dossier : Le livre de Job
 

Despins Gilles
Gilles Despins, titulaire d’un doctorat en théologie du Tyndale Theological Seminary et d’un doctorat en philosophie dans la traduction biblique du South African Theological Seminary, est l’un des enseignants de l’École théologique ProFAC basée au Québec mais également active en Haïti et en Suisse, ainsi que dans de nombreux pays francophones d’Afrique.