Dossier: Décrypter l’actualité
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Un autre point de vue sur Israël

Cet article a pour objet de dénoncer quelques fausses idées que les médias véhiculent sur la situation géopolitique au Moyen-Orient et en Palestine, avant de conclure sur ce qu’annonce la Bible.

Fausse idée n° 1 : Le « printemps arabe » est favorable à la paix au Moyen-Orient

Début 2011, alors que des troubles politiques se répandaient en Tunisie, en Égypte, en Libye, en Syrie, etc., les médias ont parlé de « printemps arabe ». Mais si l’on connaît un peu l’histoire d’Israël et celle de l’islam, on réalise vite qu’il ne s’agit pas d’un « printemps ».

Les raisons de ces troubles sont bien connues : oppression politique par des gouvernements dictatoriaux, injustice sociale, chômage, corruption, inflation élevée, absence de liberté d’expression… Une partie de la population de ces pays arabes aspire à la démocratie, à plus de liberté.

Mais, dès le début de ces protestations, on aurait dû remarquer l’absence frappante de revendication de liberté dans l’islam et l’absence de toute critique vis-à-vis de l’antisémitisme et de la persécution des chrétiens dans le monde islamique. Pourquoi, sauf très rares exceptions, ces sujets n’étaient-ils pas évoqués ?

Il faut remonter en arrière, à la révolution iranienne de 1979, qui a conduit à la destitution du Shah. Très tôt, elle a été vue comme une révolution exemplaire : tous les gouvernements dans les pays islamiques devraient être renversés et remplacés par des gouvernements qui appliquent le droit islamique, la charia, à 100 %. Les gouvernements en place n’étaient pas considérés comme « vraiment » musulmans. On aurait donc dû s’attendre dès le début des années 1980 à des révolutions dans les autres pays islamiques. Il est surprenant que ces mouvements n’aient pas commencé avant 2010.

L’Iran est en lien avec la bande de Gaza par le Hamas, avec le Liban par le Hezbollah et avec la Syrie au travers du régime de El-Hassad. La révolution en Iran a ouvert la voie à une prise de pouvoir islamiste. Différentes forces sont en présence et, en premier lieu, les Frères musulmans, en Égypte, qui rayonnent au Soudan et dans d’autres pays. Le Hamas est issu des Frères musulmans ;Al-Qaida est idéologiquement issu des Frères musulmans.

La démocratie, dans la bande de Gaza, sert de tremplin à la radicalisation. En 2006, le Hamas obtient le pouvoir par la démocratie et son objectif est la destruction d’Israël par un terrorisme constant.

Fausse idée n° 2 : Israël est responsable du terrorisme musulman

Les médias diffusent constamment l’idée suivante : il y a bien du terrorisme issu des pays musulmans, mais au fond c’est Israël qui est la cause de ce terrorisme. Mais est-ce si vrai ?

Quand j’amène des groupes de visiteurs occidentaux en Israël, en général j’essaie d’aller avec eux sur les hauteurs du plateau du Golan. Le Golan est occupé par Israël depuis 1967 (la guerre des Six Jours). C’est un territoire de toute beauté. On peut y voir des arabes qui cultivent des pommiers. Les colons juifs qui se sont installés après 1967 cultivent la vigne. Pas de barrière, pas de mur, pas de check point, pas de terrorisme. Tout est paisible. Pourquoi donc ? Simplement parce que les Arabes du Golan ne sont pas musulmans. Même si leur langue est bien l’arabe, ils sont Druzes. Ils ont une religion en dehors de l’islam qui prône la loyauté envers les autorités sous lesquelles on vit. Et la cohabitation fonctionne.

Le problème au Moyen-Orient n’est pas une question de race ou de langue, mais une question de religion.

Fausse idée n° 3 : L’islam peut être modéré

Pour comprendre les événements actuels, il faut connaître l’histoire de l’islam et le lien entre l’islam et la dictature militaire. Mahomet (570-632) a fondé la religion appelée l’islam et il est considéré comme le modèle parfait pour tous les musulmans. Tout ce qu’on peut imiter de la vie de Mahomet est bon. Pourquoi les musulmans les plus zélés portent-ils la barbe ? Parce que Mahomet était barbu. Mahomet tenait une dictature militaire et il est donc devenu un modèle de dictateur. D’où la dictature comme modèle de gouvernement dans le monde musulman.

À partir de 624, l’expansion de l’islam s’est faite par l’épée et de nombreux juifs vivant alors dans la péninsule arabique ont été mis à mort. Juste après la mort de Mahomet (632), ses disciples ont continué et ont finalement conquis un très grand territoire jusqu’en Espagne. Cet impérialisme trouvait sa source dans le Coran qui dit (sourate 2-193) :« Combattez-les [les non-musulmans] jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association et que la religion soit entièrement à Allah seul. »Le but est de soumettre non seulement la péninsule arabique au pouvoir de l’islam, mais le monde entier. Juste après la mort de Mahomet, les Arabes sont entrés à Jérusalem (638) puis ont érigé le dôme du Rocher (682) sur l’esplanade du temple, à l’endroit même où était le temple juif détruit par les Romains en 70, pour montrer que l’islam domine sur le judaïsme. La coupole du dôme du Rocher est plus haute que le sommet de l’église du Saint-Sépulcre pour montrer que l’islam est au-dessus du christianisme.

Chaque jour, dans tout le monde musulman, on prononce la phrase « Allah akbhar ». Contrairement à ce qu’on croit souvent, elle ne signifie pas « Allah est grand », mais « Allah est plus grand »(« akbhar » est le comparatif de « kabhir »).

Fausse idée n° 4 : Juifs et Arabes pourraient cohabiter en Palestine

Une doctrine fondamentale de l’islam orthodoxe est la partition du monde en deux parties :dar-al-islam(la maison de l’islam) et dar-al-harb(la maison de l’épée). Tout territoire qui a été un jour sous la domination de l’islam ne doit plus jamais être dominé par les chrétiens, les Juifs ou les païens. Il est devenu dar-al-islam. Les autres pays (comme la France) font partie de la « maison de l’épée », des zones qui doivent être conquises par le djihad, la guerre sainte, le zèle saint pour apporter l’islam.

Le pays d’Israël est devenu « la maison de l’islam » au VIIe siècle. Selon la doctrine islamique, il est donc impossible de faire un compromis avec les Juifs. Il ne peut pas y avoir un État juif sur un territoire islamique. La question n’est pas de savoir si l’on rétrocède la bande de Gaza, la Cisjordanie ou d’autres parties de la Palestine… En fait, tout appartient à l’islam.

La présence juive dans le pays de la promesse a commencé à décliner à partir de la guerre remportée par les Romains en 70 qui a conduit à la destruction du temple et à l’expulsion de très nombreux Juifs du pays d’Israël. En 638, les musulmans arrivent de la péninsule arabique et continuent à chasser les Juifs de leur terre. Le point bas a été atteint vers 1800, où seuls 5 000 Juifs habitaientencore dans le pays d’Israël. Mais, au travers des siècles, une présence juive s’y est toujours maintenue.

La Bible annonçait le retour des Juifs sur leur terre après une longue période d’absence et de dispersion. Par exemple, en Ézéchiel 36.24, dans une prophétie écrite plus de 600 ans avant la destruction du temple, Dieu annonce :« Je vous retirerai d’entre les nations, je vous rassemblerai de tous les pays, et je vous ramènerai dans votre pays. »

Le Messie, autrefois rejeté par son peuple comme Messie souffrant, va revenir comme Messie régnant et, avant son retour, les Juifs vont revenir du monde entier. Le « temps de la fin » est maintenant une réalité, car depuis 1882 les Juifs reviennent en masse au pays de leurs ancêtres. Ce « temps de la fin » n’est pas la fin du monde, mais la fin de cette longue période entre la première et la deuxième venue du Seigneur Jésus.

Alors y a-t-il un droit de retour pour les Juifs sur leur terre ?

Tout dépend du point de vue. Pour l’islam, c’est non.

Nous sommes aujourd’hui témoins oculaires du retour de 3 millions de Juifs de 130 pays différents, des cinq continents. Plus de 6 millions de Juifs vivent désormais en Israël. Un autre argument est le manque de place. Or le monde arabe est 113 fois plus grand qu’Israël. Une grande partie est désertique, objecte-t-on. Mais les Juifs ont montré qu’il était possible de transformer le désert en une oasis verdoyante et ils sont prêts à partager leur savoir avec les Arabes, comme ils le font en Afrique noire.

Ce qu’annonce la Bible

La Bible parle :

– du retour des Juifs du monde entier (cf. Éz 36.24 cité plus haut) ;

– de la refondation de leur État (És 66.8 :« Qui a jamais entendu pareille chose ? Qui a jamais vu rien de semblable ? Un pays peut-il naître en un jour ? Une nation est-elle enfantée d’un seul coup ? A peine en travail, Sion a enfanté ses fils ! ») :en un seul jour, le 15 mai 1948, l’État moderne d’Israël a été créé ;

– du fait que le désert refleurit (Éz 36.34-35 :« La terre dévastée sera cultivée, tandis qu’elle était déserte aux yeux de tous les passants ; et l’on dira : Cette terre dévastée est devenue comme un jardin d’Éden »)1 : les Juifs ont planté 240 millions d’arbre et ont mis au point une agriculture performante ;

– de la volonté des peuples aux alentours de se liguer pour anéantir Israël (le Psaume 83 l’annonce très clairement :« Voici, tes ennemis s’agitent, ceux qui te haïssent lèvent la tête. Ils forment contre ton peuple des projets pleins de ruse, et ils délibèrent contre ceux que tu protèges. Venez, disent-ils, exterminons-les du milieu des nations, et qu’on ne se souvienne plus du nom d’Israël ! Ils se concertent tous d’un même cœur, ils font une alliance contre toi ; les tentes d’Édom et les Ismaélites, Moab et les Hagaréniens, Guebal, Ammon, Amalek, les Philistins avec les habitants de Tyr ;l’Assyrie aussi se joint à eux, elle prête son bras aux enfants de Lot. »2 )

* * *

Ne nous laissons pas influencer par les médias, souvent opposés à Israël. Nous voyons la Parole de Dieu s’accomplir sous nos yeux. Plus de 175 prophéties se sont déjà réalisées ! D’autres prophéties restent encore à accomplir, en particulier la grande tribulation et le réveil d’une partie du peuple d’Israël qui reconnaîtra enfin Jésus comme leur Messie (Zach 12.10 ; 13.8-9). Et enfin le Messie reviendra et établira son règne de justice et de paix.

1Les destructions romaines lors de la guerre contre les Juifs et du siège de Jérusalem ont perturbé l’écologie de la région, autrefois un pays « ruisselant de lait et de miel ».
2 La Bible utilise le vocabulaire de l’Antiquité, mais il est très facile de faire le parallèle entre les noms d’autrefois et ceux d’aujourd’hui : par exemple, Ammon, Moab et Édom forment la Jordanie actuelle ; la Philistie correspond à la bande de Gaza ; les Hagaréniens colonisaient le territoire de la Syrie actuelle  ; les Amalécites étaient dans la péninsule égyptienne du Sinaï ; Guébal et Tyr sont des villes du Liban ; les Ismaélites vivaient dans la péninsule arabique ; l’Assyrie recouvre une partie de l’Irak actuel.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Dossier : Décrypter l’actualité
 

Liebi Roger
Roger Liebi est docteur en théologie, spécialiste en langues bibliques. Il est professeur d’archéologie sur Israël et le Moyen-Orient et organise fréquemment des voyages d’études en Israël. Il est invité dans de nombreux pays pour donner des conférences bibliques et il est aussi l’auteur de nombreux livres, dont Le Messie dans le temple, éditions CLV.