Dossier: La délivrance du péché - Edito
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Vivre un salut complet

Combien de chrétiens, après la joie de la conversion, sont accablés parce qu’ils continuent de pécher. Dans le meilleur des cas, ils prennent de bonnes résolutions, mais retombent vite dans l’ornière et, dans le pire des cas, ils se résignent à une vie médiocre et insatisfaisante.
Pourtant ce n’est pas du tout le plan de Dieu pour l’homme. Notre Seigneur Jésus n’est pas venu seulement pour nous délivrer de la punition de nos péchés, mais aussi de la puissance du péché et du joug de l’Ennemi qui veut nous garder sous son esclavage.
Le dossier de ce numéro veut nous faire entrer dans ce merveilleux dessein de Dieu pour nous. Il ne s’agit pas de proposer des recettes, cela se saurait !
Il importe de connaître ce que la Bible nous dit sur le plan rédempteur de Dieu pour l’homme. Mais la connaissance théorique, quoiqu’indispensable, n’est pas suffisante ; il faut la foi pour croire cela, pour se l’approprier.
Enfin, cette délivrance ne se fera pas sans nous. Pour que le Saint Esprit nous fasse profiter de sa puissance, il faut choisir chaque jour de vivre pour Dieu et avec lui. La puissance n’est pas en nous, mais les choix dépendent de nous. Comme Dieu a délivré Lionel de la drogue, il est encore puissant pour nous délivrer chacun de nos propres chaînes.
Aspirons à faire des progrès pour connaître une vie de sainteté qui reflète toujours plus les caractères de notre Dieu. Jésus a pu dire : « Celui qui m’a vu a vu le Père. » À notre tour de le refléter autour de nous.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Dossier : La délivrance du péché


Regard Jean
Père d’une famille nombreuse, grand-père de nombreux petits enfants, Jean Regard est retraité de l’Education Nationale, il vit près de Bordeaux et s’implique dans son assemblée locale. Il gère les abonnements pour Promesses.