Revue de livre
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Le Dieu qui se dévoile

Les Éditions Clé ont publié deux recueils de méditations journalières un peu particuliers, intitulés Le Dieu qui se dévoile. L’auteur, Donald A. Carson, est professeur de Nouveau Testament à Trinity Evangelical Divinity School aux États-Unis. Il est auteur ou co-auteur de plus de 40 livres, dont plusieurs ont été traduits en français : citons La prière renouvelée, Jusques à quand ? (Éditions Excelsis) et Dans l’intimité de Jésus, Jean 14-17 (Éditions Grâce et Vérité) — tous chaudement recommandés. D’autres de ses ouvrages ne sont malheureusement disponibles qu’en anglais, dont un commentaire sur l’Évangile selon Jean qui fait autorité, ainsi qu’une approche remarquablement équilibrée de 1 Corinthiens 12 à 14 intitulée Showing the Spirit. Il est également un conférencier apprécié, dont plusieurs conférences sont téléchargeables en mp3 sur le web.

Dans Le Dieu qui se dévoile, Donald Carson propose chaque jour la lecture de quatre chapitres de la Bible et commente un de ces quatre chapitres, en donnant quelques éléments de contexte et d’interprétation, agrémentés de quelques applications. C’est cet équilibre entre une vision large, permettant de saisir le but visé par chaque livre et des mises en relation avec notre monde actuel qui fait l’immense intérêt de ces deux ouvrages. Le style est clair, concis et met bien en évidence les articulations de la pensée. Le second volume reprend en fait le même découpage annuel, mais commente un autre des quatre chapitres proposés.

La qualité de ces courts commentaires fait qu’on reste un peu frustré, car même en rassemblant les deux volumes, seuls 730 chapitres environ sont commentés sur 1189. On aimerait bien que les « blancs » soient comblés !

La mise en page est un peu curieuse et n’aide pas toujours à s’y retrouver. Cependant un index en fin du vol. 2 permet de retrouver l’ensemble des thèmes abordés. On peut ainsi aller directement au commentaire d’un chapitre particulier.

Ainsi, qu’on décide ou non de se lancer dans l’aventure excitante et enrichissante de la lecture en un an de toute la Bible, ces deux ouvrages sont une source d’édification de qualité. Nous reproduisons ci-dessous le commentaire du Psaume 17 (vol. 1, 10 avril), à titre d’exemple, en rajoutant le texte du Psaume (version Colombe).

Psaume 17

1 Éternel ! écoute ce qui est juste, sois attentif à mon cri, Prête l’oreille à ma prière (faite) avec des lèvres sans ruse.
2 Que mon droit paraisse devant ta face, Que tes yeux contemplent la droiture !
3 Tu sondes mon cœur, tu le visites la nuit, Tu m’éprouves, tu ne trouveras rien : Ma parole ne dépasse pas ma pensée.
4 À la vue des actions des hommes, par la parole de tes lèvres, Je me garde des sentiers des violents ;
5 Mes pas sont fermes dans tes voies Mes pieds ne chancellent pas.
6 Je t’invoque, car tu me réponds, ô Dieu ! Incline vers moi ton oreille, écoute ma parole !
7 Toi qui sauves ceux qui cherchent un refuge, Montre les merveilles de tes bienfaits, Par ta droite contre les assaillants.
8 Garde-moi comme la prunelle de l’œil ; Cache-moi, à l’ombre de tes ailes,
9 Contre les méchants qui me persécutent, Contre mes ennemis acharnés qui me cernent,
10 Ils se renferment dans leur graisse, Leur bouche parle avec orgueil,
11 Ils sont sur nos pas, déjà ils nous entourent, Ils jettent les yeux sur nous, pour nous étendre à terre.
12 On dirait un lion avide de déchirer, Un lionceau aux aguets dans son repaire.
13 Lève-toi, Éternel, marche à sa rencontre, fais-le plier ! Délivre-moi du méchant par ton épée,
14 Des hommes par ta main, Éternel, des hommes de ce monde ! Leur part est dans la vie, Et tu remplis leur ventre de ce que tu as mis en réserve ; Leurs fils sont rassasiés, Et ils laissent leur superflu à leurs jeunes enfants.
15 Pour moi, avec justice, je verrai ta face ; Dès le réveil, je me rassasierai de ton image.
Le Psaume 17 est une prière par laquelle David demande à Dieu de prendre sa défense, de le justifier, de lui donner raison. Certes, le psalmiste sait très bien qu’il n’a pas toujours été juste (cf. Ps 51 !). Il arrive cependant des situations dans lesquelles le croyant est certain d’avoir agi de façon absolument intègre, selon une justice tout à fait transparente. C’est le cas de David dans ce Psaume. Si, dans de telles situations, les adversaires mentent ou lancent une campagne de dénigrement, si, comme un lion, ils s’apprêtent à fondre sur leur proie pour l’abattre (v. 10-12), comment le juste doit-il réagir ?

La première chose nécessaire est de rechercher humblement le Dieu qui prend sa défense. En fait, David ne demande pas seulement à être justifié plus tard, il réclame une intervention divine plus immédiate : « Lève-toi, Éternel, marche à sa rencontre, fais-le plier ! Délivre-moi du méchant par ton épée. » (v. 13) Il reconnaît que le fait de demander à Dieu de prendre sa défense le situe du côté de ceux qui ne se contentent pas d’appartenir à ce monde : « Délivre-moi des hommes par ta main, Éternel, des hommes de ce monde ! Leur part est dans la vie. » (v. 14)

Comme Dieu est souverain, toute justification ne peut venir que de lui : « Que mon droit paraisse devant ta face, que tes yeux contemplent la droiture. » (v. 2) David en appelle à l’amour fidèle de Dieu pour les siens : « Toi qui sauves ceux qui cherchent un refuge, montre les merveilles de tes bienfaits, par ta droite contre les assaillants. » (v. 7)

La Bible répète plusieurs fois cette leçon, partiellement ou entièrement. L’apôtre Paul écrit aux chrétiens de Rome : « Ne rendez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes. S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes. Ne vous vengez pas vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère, car il écrit : ‘À moi la vengeance, c’est moi qui rétribuerai’ [Deut 32.35], dit le Seigneur. » (Rom 12.17-19)

C’est une leçon que les croyants doivent constamment réapprendre et appliquer. Il est facile de la mettre en pratique quand tout va bien. Mais que faire lorsque des membres d’Église s’en prennent injustement à votre ministère, lorsque des commérages sapent votre position dans l’entreprise au profit de ceux qui les répandent, lorsque des collègues à l’université vous soupçonnent systématiquement de malveillance dans tout ce que vous dites ou faites ? C’est alors l’occasion de remettre votre défense entre les mains de Dieu ; ses attentions pour les siens et sa passion pour la justice garantissent leur défense finale.

Cette confiance est propre à nous libérer de tout stress : « Pour moi, avec justice, je verrai ta face ; dès le réveil, je me rassasierai de ton image. » (v. 15)

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Carson Donald
Donald Carson, professeur de Nouveau Testament à la Trinity Evangelical Divinity School et auteur prolifique, est un des théologiens évangéliques les plus reconnus. Parmi les dernières traductions de ses ouvrages en français, notons un commentaire de l’Évangile selon Jean et Le Dieu qui est là (dont deux chapitres traitent de l'Apocalypse).