Etude biblique
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Une rencontre avec le Maître

Olivier Favre a fait ses études de théologie à l’Institut Biblique Européen de Lamorlaye ainsi qu’à la Faculté Libre de Théologie Réformée d’Aix-en-Provence. Il a été pasteur de l’Église Réformée Baptiste de Lausanne pendant 14 ans. Depuis juillet 2005, il partage son ministère entre deux petites églises réformées baptistes à Payerne et Neuchâtel. Il est marié et père de trois fils.

Introduction

Les chrétiens évangéliques du début du XXIe siècle cherchent à toucher leurs contemporains. Un bon exemple d’évangélisation nous est fourni par la rencontre entre le Seigneur Jésus-Christ – notre divin modèle – et le jeune homme riche.1

Dans la rencontre qui précède (Marc 10.13-16), Jésus nous indique quelles sont les qualifications requises pour entrer dans le royaume de Dieu. Et c’est par là qu’il nous faut commencer.

I. Les qualifications requises pour entrer dans le royaume de Dieu (v.13-16)

Des gens cherchent à apporter leurs enfants à Jésus afin qu’il les bénisse, mais les disciples leur font obstacle, pensant que Jésus a mieux à faire qu’à s’occuper de nourrissons – négligés par les hommes de l’époque au profit des réalités spirituelles.

Lorsque Jésus voit cela, il est indigné et blâme ses disciples (v.14a). Puis il accueille ces enfants, les embrasse et les bénit en leur imposant les mains (v.16) et enfin il saisit l’occasion pour indiquer quelles sont les qualifications requises pour entrer dans le royaume de Dieu. Il déclare : « Quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant, n’y entrera point. » (v.15)

Essayez d’imaginer la scène ! Jésus, qui tient peut-être un nouveau-né dans ses bras, dit : « Regardez ce nouveau-né. Il est l’exemple même des qualifications qui doivent caractériser ceux qui entrent dans mon royaume. » Cela surprend les disciples. Pour eux, seuls les gens respectables sont qualifiés pour accéder au royaume de Dieu. Mais notre Seigneur bouleverse leur entendement et le nôtre : ses critères ne sont pas les nôtres.

Que voulait enseigner Jésus au moyen de ce nourrisson ?

– Ce n’est pas la pureté et l’innocence, car les Juifs n’ont jamais eu une notion naïve et idéaliste de l’enfant comme nous l’avons aujourd’hui, suite aux ravages accomplis dans les milieux éducatifs par Rousseau et Piaget. Lisez les Proverbes et vous constaterez tout de suite qu’ils savaient que, dès sa naissance, l’enfant est sur la voie de la mort et qu’il doit être corrigé pour qu’il s’en détourne (Pr 22.15 ; 29.15).

– C’est l’incapacité personnelle et l’humble confiance de l’enfant qui retiennent l’attention de notre Seigneur. Un nouveau-né est un être extrêmement vulnérable et dépendant. Il suffit qu’il soit abandonné pour qu’il meure. Par contre il s’abandonne sans difficulté, avec confiance et sans réserve aux bras qui l’accueillent. Et, comme la rencontre avec le jeune homme riche va le confirmer, ce sont là les qualifications requises pour entrer dans le royaume de Dieu. Car aussi longtemps que nous pensons trouver en nous-mêmes les capacités nécessaires pour y accéder, nous en sommes encore loin.

Après cet épisode quelque peu déconcertant pour les disciples, Jésus se trouve en face de quelqu’un qui reçoit enfin leur respect – le jeune homme riche. C’est par cette rencontre que nous allons découvrir l’évangélisation selon le Maître.

II. Les atouts du jeune homme riche (v.17-22)

Cet homme était un « chef » nous dit Luc 18.18 ; peut-être un pharisien ou en tout cas un homme de la classe supérieure. Il avait une bonne moralité puisqu’il s’était efforcé de garder tous les commandements de Dieu depuis sa jeunesse (v.20). En plus de cela, il avait des aspirations religieuses puisqu’il appelle Jésus « bon maître » et qu’il se préoccupe de la façon d’obtenir la vie éternelle (v.17b). Pour couronner le tout, il était très riche car il avait de grands biens (v.22).

À vue humaine, cet homme était un candidat idéal pour l’évangélisation actuelle. C’était la situation rêvée ! Imaginons-nous au coin de la rue en train de distribuer des invitations ou des traités et voilà qu’un homme arrive et nous dise : « Que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? »

Que lui répondrions-nous ? N’aurions-nous pas vite fait de lui un « chrétien », un « bon » membre d’église en l’espace de quelques phrases, de quatre lois spirituelles et d’une prière de consécration ? Mais l’échange avec notre Seigneur produit un tout autre effet, puisque cet homme si prometteur à vue humaine « s’assombrit… et s’en alla tout triste » (v.22). Cette rencontre nous bouscule ; c’est la raison pour laquelle elle est particulièrement adaptée pour nous mettre en garde contre une propension à vouloir obtenir des résultats rapides chez des personnes apparemment bien disposées.

Alors laissons-nous remettre en question par la façon dont notre divin Maître proclama l’Évangile à ce jeune homme.

III. La proclamation de l’Évangile par Jésus (v.17-21)

A) Son attitude

On pourrait penser que la tristesse du jeune homme riche procède d’un manque d’amour du Seigneur à son égard, mais il n’en est rien puisque le v.21 nous dit : « Jésus l’ayant regardé, l’aima ». Comment est-ce que Pierre – qui a probablement dicté cet Évangile à Marc – a pu affirmer une telle chose ? C’est parce que l’amour et la compassion du Seigneur pour ce jeune homme étaient évidents.

Cette observation est capitale : si Jésus adresse un message dur à entendre à cet homme, un message qui l’amène à partir tout triste, ce n’est pas par manque d’amour. C’est justement parce qu’il l’aime qu’il lui parle si clairement. Car l’amour vrai consiste à dire la vérité à son frère (Éph 4.15), même si elle est dure à entendre.

Un exemple : vos enfants descendent en luge sur une pente enneigée et vous savez qu’elle se termine par un précipice. Allez-vous renoncer à les avertir du danger afin de ne pas gâcher leur plaisir ? Non, par amour vous allez les avertir du danger, au risque de gâcher leur plaisir.

De même, notre amour pour les perdus doit nous inciter à leur annoncer l’Évangile dans toute sa clarté, sans masquer les vérités qui peuvent nous paraître les plus sévères comme : la nature pécheresse de l’homme, son état de culpabilité et de perdition éternelle devant Dieu. Ils doivent comprendre dans quelle situation désespérée ils se trouvent devant Dieu.

B) Son message

Afin de bien mesurer le poids des paroles du Seigneur, essayez de vous replacer dans le contexte de cette rencontre. À vue humaine, ce jeune homme possède de nombreux atouts. Il est religieux, riche, moral, respectable et il arrive avec une question précise et pertinente quant à sa destinée éternelle : « Bon maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? » (v.17)

Que lui auriez-vous répondu ? « Repens-toi de tes péchés et crois au Seigneur Jésus. » C’est ce qu’on aurait tendance à dire aujourd’hui.

Pourtant, ce n’est pas ainsi que lui répond notre Seigneur. Pourquoi ? Parce qu’en général une telle phrase ne suffit pas pour qu’un homme prenne conscience de sa nature profondément pécheresse. Avant de l’appeler à la repentance et à la foi, Jésus veut le mettre précisément face à sa culpabilité. Pour ce faire, il le confronte au caractère de Dieu et à sa loi.

1. Le caractère de Dieu (v.18)

Comme le jeune homme l’avait appelé « Bon Maître », Jésus se sert de cette expression pour le faire réfléchir. Il faut savoir qu’à l’époque les Juifs réservaient le qualificatif « bon » exclusivement à Dieu. Ainsi, lorsqu’il répond : « Pourquoi m’appelles-tu bon ? Personne n’est bon si ce n’est Dieu seul », Jésus veut faire prendre conscience à son interlocuteur de la distance infinie qui existe entre Dieu et l’homme pécheur. Dieu seul est parfaitement bon et aucun homme, serait-il moral et religieux, ne peut atteindre une bonté satisfaisante à ses yeux.

Ainsi, par cette première phrase, Jésus se sert d’un attribut de Dieu, en l’occurrence sa bonté, non pour inciter l’homme à s’approcher de Dieu, mais pour lui montrer sa culpabilité et sa misère. Malgré tout ce qu’il a fait, ce jeune homme riche, n’est pas assez bon pour satisfaire les exigences de Dieu.

C’est là une leçon pour nous. Dans l’évangélisation, apprenons à faire usage des attributs de Dieu afin d’amener le pécheur à voir la distance infinie qui le sépare de son créateur. Notre évangélisation doit commencer par Dieu et son caractère, c’est ainsi que l’homme est remis à sa juste place et convaincu de péché.

Paul agit de même à Athènes en confrontant ses auditeurs païens avec le Dieu tout-puissant, tout autre et autosuffisant (Act 17.24-28).

2. La loi de Dieu (v.19)

Ensuite Jésus place le jeune homme face à la loi de Dieu. Pourquoi ? Comme le dit l’apôtre Paul, elle est l’instrument établi par Dieu pour amener l’homme à reconnaître son péché et sa culpabilité (Rom 3.20). C’est ainsi qu’en une seule phrase, notre Seigneur cite les six derniers commandements du Décalogue – ceux qui concernent les devoirs de l’homme envers son prochain.

Et quelle est la réponse du jeune homme à cette liste ? « Maître, j’ai gardé tout cela dès ma jeunesse » (v.20). En fait, face à ces commandements énoncés d’une façon générale, il n’éprouve encore aucune conviction de péché. C’est pourquoi Jésus ne s’arrête pas là, mais il applique un des commandements au problème spécifique de cet homme, celui de l’avarice. En lui disant : « Va, vends tout ce que tu as, et donne-le aux pauvres », Jésus met en lumière son péché et sa culpabilité. Le jeune homme est attaché à ses richesses, il est matérialiste.

Et ce n’est qu’à partir de ce moment-là que Jésus adresse au jeune homme riche un appel à la conversion. Car une réelle conviction de péché précède toujours une conversion authentique.

Nous comprenons ainsi l’importance capitale de l’utilisation de la loi de Dieu dans l’évangélisation. Si notre Seigneur l’a employée, c’est parce qu’elle est l’instrument parfaitement adapté pour conduire à Christ, comme l’atteste l’apôtre : « Ainsi la loi a été un précepteur pour nous conduire à Christ, afin que nous soyons justifiés par la foi » (Gal 3.24). N’essayons pas d’être plus sages que le Seigneur ! Employer la loi de Dieu à sa juste place n’est ni moralisateur, ni légaliste, c’est tout simplement biblique et capital si nous voulons voir de vraies conversions. Certes, cette façon de faire repoussera peut-être certains, entraînera sans doute aussi des conversions moins rapides – nécessitant parfois de longs entretiens avant qu’une conviction de péché précise naisse – mais elle produira des fruits durables. Car la Bonne Nouvelle ne consiste pas à déclarer qu’avec Jésus tout ira bien, mais qu’en Christ se trouve la réconciliation avec Dieu et le pardon pour de pauvres pécheurs perdus.

Donc, dans notre évangélisation, ayons le courage de mettre le doigt sur des péchés spécifiques au moyen de la loi de Dieu. Certes, nous ne lisons pas dans les cœurs comme le Seigneur, alors restons tout de même prudents afin de ne pas mettre de fausse pression sur le pécheur, mais n’escamotons pas cette étape.

3. L’appel (v.21b)

Une fois que le jeune homme est convaincu de culpabilité, Jésus l’appelle à entreprendre deux actions qui forment les deux aspects de toute conversion authentique.

a) Il lui demande de vendre tout ce qu’il a afin de le distribuer aux pauvres. Pour un homme riche attaché à ses biens, c’est à la repentance que Jésus l’appelle par cet acte. C’est reconnaître que son affection mal placée est un péché et s’en détourner avec horreur.

Ce que Jésus exige de cet homme n’est pas simplement une repentance verbale, mais un changement radical de comportement dans les domaines où le péché est reconnu. D’avare qu’il était, Jésus appelle cet homme à devenir généreux. Quelle transformation !

Jésus nous montre par là qu’il est impossible de devenir chrétien et de continuer à vivre comme auparavant. La repentance authentique implique toujours un changement de comportement et un rejet délibéré du péché. Les théories selon lesquelles il est possible d’accepter Jésus comme Sauveur dans un premier temps, puis comme Seigneur beaucoup plus tard, sont contredites par ce passage, car la repentance authentique implique toujours une soumission à la seigneurie du Christ.

b) Ensuite Jésus lui dit : « Viens et suis-moi. » C’est un appel à la foi. Jésus lui demande de se confier en lui et non plus en ses richesses. Il l’appelle à se placer sous son autorité dès cette vie présente. C’est un appel exigeant qui ne consiste pas à « laisser entrer Jésus dans son cœur », mais à se soumettre et à le suivre en tant que disciple. À reconnaître qu’il est le seul à donner un sens à la vie.

Quelle leçon ! Jésus ne présente pas la vie chrétienne comme un chemin facile, mais plutôt comme une vie de renoncement, d’incompréhension et de persécution à sa suite (Jean 15.18-21).

IV. La réponse de l’homme (v.22)

Un tel message n’est pas attirant pour l’homme irrégénéré, puisqu’il nous est dit que le jeune homme « s’assombrit à ces paroles et s’en alla tout triste, car il avait de grands biens. »

Nous ne savons pas ce qu’il advint de lui par la suite. Est-il revenu vers le Seigneur plus tard ? Nous l’ignorons. À première vue nous aurions tendance à dire que cette rencontre avec Jésus ne lui a fait aucun bien, puisqu’il semble être en plus mauvais état à son départ qu’à son arrivée. Il était enthousiaste et le voilà abattu.

Pourtant, si nous considérons la chose avec un regard spirituel, nous pouvons dire qu’il est plus proche du royaume de Dieu maintenant qu’il ne l’était auparavant. Car il est conscient de sa culpabilité devant Dieu. Et lorsqu’un homme est conscient de son péché, il est plus proche du royaume de Dieu que lorsqu’il se croit juste.

Et notez bien que notre Seigneur, qui est si prompt à soulager la douleur des hommes en général, ne court pas après ce jeune homme pour tenter de le consoler ou pour négocier avec lui une entrée facilitée dans le royaume. Il ne nuance pas ses propos après avoir constaté leur effet sur son interlocuteur. Mais il se contente de tirer une leçon générale pour ses disciples à partir de ce cas particulier.

V. La leçon divine (v.23-27)

Jésus, qui prépare ses disciples à leur futur ministère, leur montre qu’ils auront des déceptions s’ils prêchent fidèlement l’Evangile. Ils verront des gens prometteurs et enthousiastes s’en aller tout tristes, préférant leur péché à l’amour de Dieu. D’autres s’éloigneront sous une conviction de péché, car ils auront besoin de temps avant d’accepter l’Evangile.

Au moyen d’une illustration surprenante – celle du chameau et du trou d’aiguille – Jésus veut graver dans notre esprit une leçon importante par rapport à l’évangélisation. C’est que le salut est une œuvre impossible aux hommes. Ce qu’il dit du riche ici est valable pour tous les hommes. Il aurait tout aussi bien pu dire : « Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un orgueilleux, un colérique, un vicieux, un voleur, un médisant… d’entrer dans le royaume de Dieu. »

IMPOSSIBLE, telle est la leçon divine que Jésus veut nous transmettre. Comme il était impossible au jeune homme qui nous paraissait si prometteur de se sauver, de même il est impossible à tout homme de se sauver par lui-même.

Si nous ne voulons pas avoir une mauvaise perspective dans notre évangélisation, nous devons constamment nous rappeler cette vérité. Nous sommes appelés à une mission IMPOSSIBLE à vue humaine. Il est IMPOSSIBLE au prédicateur de sauver ceux qui l’écoutent. Il est IMPOSSIBLE à ses auditeurs de répondre à son appel, parce qu’ils sont morts dans leurs péchés. Et s’il y a de l’espoir dans cette mission impossible, c’est parce que notre confiance ne repose pas sur nous, mais sur Dieu auquel tout est possible (v.27).

Toutefois, notez bien que Jésus n’interdit pas à cet homme de venir au salut. Son message est simple, direct et engageant. Il ne cherche pas à lui voiler la vérité, bien au contraire. Il lui montre son péché avec compassion. Il l’invite avec amour et insistance. Ainsi, si cet homme ne vient pas au salut, ce n’est pas par une cause extérieure qui le maintient loin de Dieu, mais en raison de la méchanceté et de l’avarice de son cœur qui l’empêchent de répondre à cet appel. Son intelligence est pervertie, ses sentiments sont faussés et sa volonté est asservie à sa nature pécheresse. Dans cet état, il est incapable de voir la gloire de l’Evangile qui lui est présenté.

Pour venir au salut, entrer dans le royaume de Dieu, il a besoin que Dieu lui accorde la foi véritable et une nature nouvelle, une nature qui lui permette ensuite de voir la réalité spirituelle telle que Dieu la voit. Et cela nul homme ne peut le fabriquer (Jean 3.3-8). C’est pourquoi, nous dépendons totalement de Dieu pour les résultats de notre évangélisation.

Conclusion

Cet enseignement du Seigneur doit avoir des conséquences pratiques sur notre évangélisation.

– Il nous rappelle que nous devons aimer les incroyants. Les aimer à un tel point que nous serons prêts à leur dire la vérité sur leur état spirituel aux yeux de Dieu. À nous servir des attributs de Dieu, de sa loi, afin de les amener à une conviction de péché authentique.

– Il nous conduit à nous méfier des « méthodes » qui présentent un Évangile facile et dont les résultats reposent sur les capacités humaines. Un tel Évangile n’est pas l’Évangile biblique qui est exigeant et réclame un engagement définitif de l’être tout entier au service du Seigneur.

– Il nous incite à accompagner notre proclamation de l’Evangile d’abondantes prières, car c’est sur Dieu que nous comptons pour voir des fruits à notre travail. Car lui seul est capable de ramener des morts spirituels à la vie. À lui seul soit toute la gloire.

Notes
1 Pour ceux qui voudraient prolonger la réflexion, vous pouvez vous référer au livre de Walter Chantry, Le Maître à l’ouvre, Europresse, Chalon-sur-Saône, 1991.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Favre Olivier
Olivier Favre a fait ses études de théologie à l'Institut Biblique Européen de Lamorlaye ainsi qu'à la Faculté Libre de Théologie Réformée d'Aix-en-Provence. Il a été pasteur de l'Église Réformée Baptiste de Lausanne pendant 14 ans. Depuis juillet 2005, il partage son ministère entre deux petites églises réformées baptistes à Payerne et Neuchâtel. Il est marié et père de trois fils.