Dossier: 1 Corinthiens - Revue de livre
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

1 Corinthiens Introduction (1 Corinthiens 1.1-9)

La Maison de la Bible se propose de publier en français les commentaires bibliques Tyndale qui allient à la fois profondeur et accessibilité puisque la connaissance des langues originales n’est pas nécessaire pour les lire. La série a commencé par celui de Thomas R. Schreiner sur 1 Corinthiens.
Ce commentaire se place d’emblée comme un des meilleurs disponibles en français.

Nous en publions un extrait avec l’aimable autorisation de l’éditeur.

Contexte1

Les Épîtres pauliniennes commencent traditionnellement par une salutation et par des propos exprimant la reconnaissance, et 1 Corinthiens ne déroge pas à la règle. Si nous comparons avec les autres lettres de l’apôtre, quelques accents spécifiques ressortent, au milieu des ingrédients épistolaires communs. Nous pouvons relever, par exemple, l’emphase qui est mise sur la sainteté et la sanctification des Corinthiens, emphase particulièrement frappante lorsqu’on tient compte de l’état catastrophique de l’assemblée d’après le reste de la missive. Dans le même ordre d’idées, on observe une insistance particulière sur l’universalité de l’Église. Les chrétiens de Corinthe font partie du saint peuple de Dieu, et sont appelés, dans l’Épître, à vivre à la hauteur de leur condition nouvelle. En outre, ils ne doivent pas commettre l’erreur de penser qu’ils sont les seuls croyants sur terre. Ils appartiennent à une Église universelle, présente dans le monde entier.
Quelques thèmes abordés dans les versets suivants attirent également notre attention (1.4-9). Nous pourrions nous attendre à ce que Paul omette toute expression de reconnaissance, étant donné la situation déplorable de l’Église à laquelle il s’adresse. Au lieu de cela, il célèbre l’action de la grâce de Dieu parmi eux. Nous ne devrions pas perdre de vue, toutefois, qu’il met l’accent sur cette grâce divine, et absolument pas sur les éventuels mérites des Corinthiens. Il est particulièrement remarquable qu’il remercie le Seigneur pour les dons spirituels dont bénéficie la communauté (1.7), même si nous voyons dans les chapitres 12 à 14 que la manière dont elle les comprenait et les exerçait était complètement erronée. De plus, Paul rappelle à ses destinataires que la grâce qui les a appelés les soutiendra et les affermira jusqu’à la fin, et il le leur assure même (1.8-9). Une telle promesse est assez fascinante, surtout quand on considère les avertissements sévères qui ponctuent la lettre (par exemple 6.9-11 ; 9.24-10.22).

Théologie

Plusieurs thèmes ressortent des deux premières sections de la lettre.
1. Paul se présente avec l’autorité d’un apôtre. Ainsi, ce qu’il affirme dans sa lettre ne correspond pas à une simple opinion humaine, mais à la Parole de Dieu adressée aux Corinthiens.
2. Les chrétiens de Corinthe, en dépit de tous leurs défauts, forment l’assemblée de Dieu, le peuple de Dieu. Ils sont associés aux autres croyants du premier siècle qui font appel à Jésus-Christ comme Seigneur.
3. Paul souligne la grâce de Dieu qui a appelé et équipé les croyants de Corinthe. Les dons qu’ils possèdent ne peuvent pas être attribués à leur propre sagesse ni à leur propre spiritualité. Ils expriment la bonté de Dieu manifestée en Jésus-Christ. Le Dieu qui les a appelés à la foi par sa grâce transformatrice leur donnera la capacité de persévérer jusqu’à la fin. La grâce agit dans la vie des chrétiens depuis le tout premier jour, celui où ils croient, jusqu’au jour de Jésus-Christ.
4. Dans ces versets, Jésus apparaît dans toute sa gloire, toute sa puissance et toute sa beauté. L’apôtre insiste sur le fait qu’il est le Seigneur. Il indique ainsi que le Fils possède la même identité et la même stature que Yahvé, le Dieu d’Israël. Jésus-Christ est pleinement divin, puisqu’il accorde la grâce et la paix à son peuple tout comme Dieu le Père. De plus, le jour de l’Éternel est désormais présenté comme le jour de Christ. Le Père et le Fils ne sont toutefois pas identiques, puisqu’une distinction est établie entre eux.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
  1. Chaque portion du commentaire comprend trois sections : Contexte, Commentaire, Théologie. La première section replace la portion dans le contexte global de la lettre et en donne les grandes lignes. Le commentaire procède ensuite verset par verset. La troisième section résume les grands enseignements théologiques de la portion. Nous ne reprenons ici que la première et la troisième sections de l’introduction (1.1-9). (NDLR)
Schreiner Thomas.R
Thomas R. Schreiner est un spécialiste américain du Nouveau Testament réformé. Il est professeur James Buchanan Harrison d'interprétation du Nouveau Testament au Southern Baptist Theological Seminary. Il a auparavant enseigné au Bethel Theological Seminary et à l'Université Azusa Pacific.