Dossier: L'espérance du chrétien
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Glorieuse ésperance

Le jour baisse, les ombres du soir s’allongent. (Jér 6.4)

La nuit est avancée, le jour approche. (Ro 13.12)

Le sentiment est très fort, parmi le peuple de Dieu, que les temps de la grâce touchent à leur fin. Même le monde pressent avec inquiétude l’imminence d’une crise majeure, tout en ignorant sa forme et la manière de l’affronter. En tant que chrétiens, nous ne sommes pas laissés dans l’ignorance. Bible en main, Christ dans le cœur et guidés par le Saint-Esprit, nous savons que Jésus revient bientôt.

Examinons d’abord dans les Écritures ces faits importants : le Seigneur va venir pour régner en gloire et les saints viendront avec lui. Nous verrons ensuite comment les saints le rejoindront.

1. Le retour du Seigneur Jésus dans les prophéties

Jude, dernière épître du N.T., renvoie au premier livre de la Bible pour enseigner que peu après la création de l’homme, le monde était devenu apostat. Aux jours d’Énoch, le monde rebelle se rapprochait de la grande crise du déluge, sans espoir de restauration. Mais dans le contexte de ce jugement à venir, une première grande prophétie du retour du Christ nous parvient. Énoch dit : « Voici, le Seigneur est venu avec ses saintes myriades. » (Jude 14) Le monde passera en jugement mais les saints seront préservés afin de revenir avec le Christ glorifié.

Zacharie prophétise à l’époque de la ruine d’Israël, vers la fin de l’Ancien Testament. Là non plus, aucun espoir de restauration de la nation. Mais, au sein de cette catastrophique perspective, les croyants peuvent placer leur espoir dans le retour du Christ : « L’Éternel, mon Dieu, viendra, et tous ses saints avec lui » (Zach 14.5). Là encore, le monde sera jugé, mais les saints seront préservés pour le retour du Christ.

Jean, finalement, en Apoc 19.11-16, prophétise une autre grande catastrophe de l’histoire du monde : la disparition complète des nations et de la chrétienté. Comme aux jours d’Énoch, avant la fin de l’ancien monde, et comme à l’époque de Zacharie, avant la fin de l’A.T., il n’y a pas d’espoir à la fin des temps en dehors du retour du Christ — lorsque le monde actuel périra, que le « ciel sera ouvert » et que le « Roi des rois » reviendra suivi des armées célestes. Là aussi, le monde actuel se rapproche du jugement, mais les saints sont préservés pour le retour du Christ.

2. À la rencontre du Seigneur

Pour celui qui croit la Parole de Dieu, ces écrits (entre autres) prouvent incontestablement que le Seigneur Jésus viendra une seconde fois sur cette terre en puissance et en gloire, accompagné des saints. Cependant, dès le début de l’Histoire et jusqu’à nos jours, des générations de saints sont décédées et ont été enterrées, et à l’heure actuelle, des millions de croyants vivent sur la terre, tandis que le Christ est dans les cieux. Une question se pose naturellement :

Comment les saints rejoindront-ils le Christ pour revenir avec lui ?

Les premiers chrétiens se sont déjà posé cette question. L’apôtre Paul leur donne une réponse inspirée. En 1 Thes 1.9-10, il décrit les chrétiens comme s’étant « convertis à Dieu, en abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant et vrai, et pour attendre des cieux son Fils, qu’il a ressuscité des morts ». Christ reviendra juger les nations qui l’auront rejeté. Mais son peuple, qui aura souffert la persécution à cause de son nom, obtiendra une libération totale. Ces chrétiens de Thessalonique, impatients d’obtenir une réponse glorieuse à toutes leurs souffrances, ont été affermis à juste titre au milieu de ces persécutions par l’espérance du retour du Christ, en apprenant qu’ils auront part avec lui aux gloires célestes.

Le temps passant et Christ tardant à revenir, certains d’entre eux « sont décédés », ce qui troubla les survivants : nos frères décédés, pensaient-ils, ne partageront donc pas tous les bienfaits et les gloires du règne du Christ, qui sont réservés à ceux qui seront en vie lors de son retour. L’apôtre répond à cette difficulté au chapitre 4. Il commence d’abord par les rassurer « au sujet de ceux qui sont décédés » (1 Thes 4.13). Leur tristesse était due à leur ignorance. Paul dissipe ces ténèbres pour les consoler. Il leur présente Christ.

Il rappelle que Jésus est mort et ressuscité. Sa mort et sa résurrection sont le modèle par excellence pour ceux qui sont morts. La résurrection du Christ fut secrète. Il en sera de même pour la résurrection des saints. Si nous croyons à l’une, nous pouvons croire à l’autre. Ils ressusciteront de manière invisible aux yeux du monde, afin que Dieu puisse les amener avec Jésus (1 Thes 4.14).

Comment le Seigneur réunira-t-il ces saints ressuscités et les saints vivants ?

En 1 Thes 4.15-18, l’apôtre insiste sur le fait que sa réponse est donnée « d’après la Parole du Seigneur ». Toute Écriture est inspirée, mais certaines vérités importantes sont des révélations particulières. Celles concernant l’Évangile, le mystère de l’Église, la cène et l’enlèvement des saints sont toutes introduites de cette manière (Gal 1.12 ; Éph 3.3 ; 1 Cor 11.23 ; 1 Thes 4.15).

Deux autres passages mentionnent indirectement l’enlèvement :

1 Cor 15.51-53. Le sujet principal du chapitre est la résurrection. La venue du Seigneur n’y est pas abordée. Mais 1 Thes 4 nous apprend que ces versets parlent de son avènement. L’apôtre dit : « Voici, je vous dis un mystère », puis il révèle le secret : « Nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés ». Énoch et les prophètes avaient déjà prophétisé notre retour avec le Seigneur, mais aucun prophète n’avait dit qu’un certain nombre de saints ne mourraient pas. Ce secret était réservé aux temps du N.T. Mais si tous ne passeront pas par la mort, tous seront changés. Les saints déjà morts « ressusciteront incorruptibles », et les corps mortels des vivants revêtiront « l’immortalité ». Cependant, avec ce seul passage, nous ne savons pas en quelle image nous serons changés, ni ce qu’il adviendra de nous ensuite.

Phil 3.20-21 : « Nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ, qui transformera le corps de notre humiliation en le rendant semblable au corps de sa gloire. » Nous serons transformés à l’image du Christ, non seulement, sur le plan moral, mais avec des corps de gloire comme le sien. Pourquoi cette incroyable grâce ? Pourquoi une si merveilleuse transformation ? Pour être les témoins éternels de la valeur de sa personne et de l’efficacité de son œuvre. Pensons au brigand agonisant sur la croix, pensons à la fierté du pharisien Saul de Tarse, ennemi du Christ, et pensons à présent au ciel dans les temps à venir, regardant ces hommes comme des saints glorifiés. Ne voyons-nous pas là l’efficacité incroyable de l’œuvre du Christ qui supprime toute trace de péché et permet à ces hommes d’être transformés à sa ressemblance ? Ce sera le cas pour tous les saints dans cette vaste scène glorieuse. Cette transformation se fera « selon la richesse de sa grâce et à la louange de la gloire de sa grâce ».

Philippiens décrit notre transformation à la ressemblance du Christ, mais qu’arrivera-t-il pendant ce processus ? 1 Thes 4.16 répond : « Le Seigneur lui-même […] descendra du ciel. » Il viendra pour nous. Le langage est explicite. Le Seigneur lui-même descendra comme promis aux disciples : « Je reviendrai et vous prendrai avec moi. » (Jean 14.3) Il ne sera pas accompagné des myriades de ses saints anges comme lorsqu’il reviendra sur la terre. Il viendra seul à la rencontre des saints, à l’image d’Isaac sortant seul le soir à la rencontre de son épouse qui a traversé le désert.

Il n’est pas écrit qu’il descendra sur la terre comme lorsqu’il paraîtra pour régner et que ses pieds se poseront de nouveau sur le mont des Oliviers. Il est dit qu’il descendra du ciel.

Le moment de sa venue sera marqué d’une triple sommation : le signal, la voix de l’archange, et la trompette de Dieu.

1 Corinthiens 15 indique qu’au son de la trompette de Dieu, les saints morts ressusciteront. La voix de l’archange n’implique pas que l’archange soit présent ou qu’il parle, comme certaines traductions pourraient le suggérer. La traduction exacte est « un cri de commandement, avec une voix d’archange et au son de trompette de Dieu ». Il n’y a pas d’article avant les mots « archange » et « trompette ». C’est tout simplement la caractéristique de la voix du Seigneur. Il parle de cette façon, avec une voix d’archange, et il se peut que ce soit cette voix qui transforme les saints encore vivants, comme la trompette de Dieu ressuscitera les morts. Puis, avec le cri de commandement, il rassemblera les deux groupes de saints, et les appellera à lui.

Tous rassemblés, nous serons enlevés ensemble. Quel bonheur de savoir que, dans ce moment béni et si proche, tout ce qui divise les saints disparaîtra. Les divisions qui auront humilié l’Église de Dieu et dispersé son peuple seront à toujours passées. Car nous ne serons pas enlevés par petits groupes de saints : « Nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées. » (1 Thes 4.17)

Nous apprenons également que la réunion aura lieu dans l’air. Alors s’en suit la magnifique conclusion : « Ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. » C’est le Seigneur qui nous rassemblera et c’est lui qui nous unira. Nous ne serons plus jamais séparés les uns des autres et plus jamais séparés du Seigneur. C’est pour cela que l’apôtre ajoute : « Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles. » (v. 18)

Nous avons découvert jusqu’ici le mystère de sa venue, de l’enlèvement secret des saints de la terre à la rencontre du Christ dans les airs, afin de revenir avec lui. Néanmoins, ces deux passages (1 Cor et 1 Thes) ne mentionnent rien d’autre après cette merveilleuse rencontre dans les airs.

3. Le règne de Christ

En Jean 14.1-3, voici une nouvelle étape de notre voyage vers le royaume de gloire. Le Seigneur dit qu’il part nous préparer une place dans la maison du Père, afin qu’à son retour, il nous prenne avec lui.

Après nous avoir réunis, il nous conduira dans la maison du Père, comme il le dit fort heureusement : « afin que là où je suis vous y soyez aussi ». Il nous guide sur le chemin de la vie que lui-même a tracé, qui mène à la plénitude de la joie et aux plaisirs à perpétuité dans la maison du Père.

La dernière étape sur le chemin de la gloire sera lorsque le Christ viendra pour régner. Lors de sa première venue, il parut dans une condition d’humilité et de faiblesse. Lors sa seconde venue, le ciel s’ouvrira et il sortira en Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Ses anges puissants l’accompagneront, les armées des cieux le suivront, et la prophétie d’Énoch sera accomplie : « Voici, le Seigneur est venu avec ses saintes myriades. »

Conclusion

Voici donc les étapes de notre chemin vers la gloire : premièrement la rencontre avec le Seigneur dans les airs ; ensuite notre passage dans les joies de la maison du Père ; et enfin la sortie avec le Christ pour partager son règne.

Nous possédons cette glorieuse espérance devant nous : la joie de la présence du Seigneur, la plénitude de la maison du Père et la gloire du royaume éternel.

Ajoutons que, dans la grande éternité, au-delà de ces événements, il est certain qu’il y aura de nouveaux cieux et une nouvelle terre où Dieu sera tout en tous.

En attendant ces gloires à venir, écoutons l’exhortation de Pierre :

Combien votre conduite et votre piété doivent être saintes. Attendez et hâtez l’avènement du jour de Dieu. (2 Pi 3.11-12)

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Dossier : L'espérance du chrétien


Smith Hamilton
Hamilton Smith est né en 1863 et décédé en 1943. Rachel, son épouse, lui a donné quatre enfants dont l’un est mort à la naissance. Parmi ses commentaires appréciés de la Bible, les mieux connus sont probablement ses études de personnages sur Abraham, Élie, Élisée, Joseph et Ruth, publiées dans plusieurs langues. Il a édité Notes of Interest on the Lord´s Work au moins jusqu’en août 1939 (n° 48), et a contribué à de nombreux articles de la revue Scripture Truth dont un certain nombre a été publié dans An Outline of Sound Words.